Le vent d’arrêt de la guerre

La guerre s’est arrêtée comme deux trains
Entraînés dans le choc brutal de la collision
Où la réconciliation belle colombe sans fin
Retrouve la paix à la fin de la triste mission

Quand éclate en beauté la joie des belligérants
Avec un sourire cousu de paroles de confiance
Après avoir jeté le sale masque de la méfiance
L’absence des habitudes retrouve le toit maison

La méchanceté mauvais refus de la fraternité
Qui avait sauvagement brisé la fibre de l’amitié
A chassé nos parents vers un ailleurs inconnu
Loin des racines de leur pays d’où ils sont venus

L’amour qui germe sur le chemin de la tolérance
A besoin de pardon pour asseoir la véritable unité
Dans le sillage de nos malheurs devenues souffrances
Sur cette terre ancestrale pleine de criarde vanité

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :