Le couche-tard

Au cœur de la nuit endiablée
Tu es le couche-tard de la saison étoilée
L’effraie des clochers et des minarets
Le dormeur diurne des bruits insolents
Le promeneur agrégé à la jonction de la nuit
Friand de pauvres souris vandales
Dans la peau au pelage vespéral
Le grand ennemi des humains au sommeil
Qui n’a pas de nid au regard du soleil
Oiseau du sort de mauvais augure
Tu as signé ton contrat au temps nocturne
Associant ton destin à la nuit
Refusant de vivre dans le bois
Comme au jour de la création
A l’angle divin de la projection
Ta préférence dans le ciel sans lumière
Est un avantage de ta vision première
Permettant de distinguer ta proie rustique
Comme celle de la randonnée domestique
A l’heure où sonne la liberté animale
Au grand plaisir de sa course finale
Terminant son souffle dans la férocité de tes griffes
Où ton bec courbé sans pitié le prend à vif

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :