A l’ombre de la liberté

Depuis la prison originale de mon État

J’étais le plus heureux de mon état

Quand la cloche d’étain de l’Académie

A sonné la décerne de mon beau prix

Le monde de la paix était en liesse

Les médias ont témoigné leur gentillesse

A ma condition singulière de prisonnier

Enfermé pour une cause de la pitié

Que je revendiquais pourtant à juste titre

Afin de sortir le droit des langes du pupitre

J’étais loin de savourer l’écho majeur

De la récompense du combat de mon honneur

Car au-delà hostile des ingratitudes rouges

Dans la méconnaissance du sang rouge

La colère de l’État devient plus rouge

Et la menace prend une tension rouge

Bernard NKOUNKOU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :