Ce jour-là dans le jardin

Dans mon jardin preféré,
tu me courtises à l’ombre
du feuillage de mes ailes.

Quand ta main approche
l’écorce de mon corps,
tu prends plaisir de retenir
la main de mes branches.

L’affection que tu éprouves
pour moi dans la beauté de
mes fleurs et la joie de mes
fruits me donne l’assurance
d’une complicité intime.

Bernard NKOUNKOU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :