Victime de ma condition humaine d’étranger

Dans le beau pays de mon service
J’ai terminé ma vie en sacrifice
Après un long séjour dans l’eau
Comme le chien du dernier sot

Je pouvais me mettre à l’abri
J’ai fait confiance à l’esprit
Qui n’éprouvait aucune crainte
De cette guerre ivre et méchante

Des gens pourtant fuyaient à pieds
Mon coeur alangui transit de pitié
Regardait leurs talons sur le trottoir
Jusqu’aux dernières minutes du soir

La vie augurait maintenant la peur
J’avais le préssentiment du malheur
Pouvant arriver sans merci à tout temps
Comme une balle perdue dans le vent

L’imprudence du signal de la conscience
N’allumait pas son phare de la méfiance
Quand les canons éclataient de partout
Je ne pouvais plus me tenir debout

Les discours de garantie de protection
De ma belle condition humaine d’étranger
Étaient une pure tromperie de mon attention
Au dernier crépuscule vital du vent léger.

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :