Interview / Fadal Dey, artiste-chanteur : « De nombreux Ivoiriens emprisonnés à Bamako

Revenu de Bamako où il a trouvé refuge depuis les violences postélectorales, l’artiste Fadal Dey dépeint la situation de vie des Ivoiriens réfugiés dans le pays de ATT et interpelle les autorités. Il passe en revue certains sujets de l’actualité ivoirienne et prend position.

Aujourd’hui, l’on voit Fadal Dey le crâne rasé, une coiffe inhabituelle chez l’artiste. Mais, culturellement en Afrique pour rendre hommage aux morts, l’on se l’impose. Est-ce un deuil que vous portez ?

Je pense que tous les Ivoiriens sont en deuil. Tout Ivoirien, même s’il n’a pas perdu un parent, doit se considérer en deuil. J’ai décidé de couper mes dreads (Ndlr ; longues tresses) pour respecter la mémoire de tous ceux qui sont tombés. Que ce soit du camp LMP ou celui du RHDP, chaque Ivoirien est un parent à moi.

Une caravane musicale sur la réconciliation nationale dont la date n’est pas encore fixée aura bientôt lieu. Mais déjà le mardi 21 juin, vous serez du concert de la paix donné par l’artiste Tiken Jah au Complexe d’Abobo. Il n’y a pas que ces actions pour réconcilier les Ivoiriens, comment comptez-vous, vous impliquer dans ce processus de réconciliation?

Dénommé concert Peace and love, le concert d’Abobo est d’abord à but humanitaire où des dons seront faits aux parents des victimes. C’est dans cette logique que j’ai donné mon accord de participation. La caravane à venir est un événement à saluer. Nous artistes, nos chansons vont au-delà des discours politiciens. C’est bien que cette caravane soit initiée par l’Etat de Côte d’Ivoire mais je souhaite qu’elle ne soit confiée à aucun artiste. Il y a de grandes structures de communication en Côte d’Ivoire que l’Etat de Côte d’Ivoire doit approcher pour mettre en avant les objectifs et buts à atteindre. Pas question de le confier à tel ou tel autre artiste. Concernant mon implication dans le processus de réconciliation, j’ai envie d’introduire un dossier auprès du Premier ministre – que bientôt je verrai – pour amener les Ivoiriens à se pardonner, à s’aimer davantage, à aller les uns vers les autres.

Cela à travers une caravane que j’appellerai ‘’Reconstruisons le pays’’ du titre de ma chanson. La reconstruction doit d’abord être morale.

C’est depuis Bamako que vous suiviez la fin du film de la crise postélectorale qui a été pour vous source d’inspiration. Car, lors d’une de vos séances de répétition (Ndlr, le 14 juin) à Marcory, dans un nouveau chant que vous avez composé, vous empruntez à Laurent Gbagbo la phrase ‘’Quand on t’envoie, il faut savoir t’envoyer’’ ; mais en même temps, vous rendez responsable Yao Paul N’dré de la violence meurtrière. Quelle lecture en faites-vous?

Ce que je dis, je l’assume. Laurent Gbagbo l’a dit clairement : «Quand on t’envoie, il faut savoir t’envoyer». Laurent Gbagbo peut aujourd’hui se prévaloir de cette phrase pour s’innocenter dans beaucoup d’actes qu’il a posés. Yao Paul N’dré en sa qualité de magistrat et qui avait le dernier mot, devait savoir s’envoyer. C’est ce qui me fait mal ! Je pardonne certes, mais j’en veux à Yao N’dré. Car j’estime que le bordel dans lequel la Côte d’Ivoire a été plongé, lui est imputable à 80%. S’il avait dit le droit, nous n’en serions pas là. Cette chanson, je l’ai écrite afin qu’elle reste dans l’histoire. Pour que d’ici trente à quarante ans, les institutions de la République servent véritablement la République, de sorte qu’on puisse dire non au culte de la personnalité.

De cette lecture du droit par Yao Paul N’dré, il y a une nécessité pour chacun de faire son mea-culpa. Mea-culpa qui est le titre de votre dernier album – censuré sous le régime de Laurent Gbagbo – croyez-vous qu’il n’y a que LMP qui doit aujourd’hui faire son mea-culpa ?

J’estime que tout Ivoirien, y compris l’ancien régime, doit pouvoir faire son mea-culpa. Car tout le monde est fautif dans cette histoire. Chacun doit faire son mea-culpa et j’estime que Yao N’dré et l’ancien pouvoir n’ont pas encore fait les leurs. Il faut que l’ancien régime ait le courage de demander pardon. C’est dans cet esprit que je salue le Général Mangou dont le premier discours devant le Président Alassane Ouattara a été : «Nos premiers mots sont des mots de pardon». Je pense que le Général Mangou est un grand homme car tout le monde ne peut reconnaître ainsi ses erreurs. C’est un monsieur qui mérite d’être salué. Il n’est certes pas blanc comme neige, mais j’ai aimé cet acte posé par lui.

Comment décrivez-vous la situation de la communauté d’Ivoiriens réfugiés à Bamako, parmi laquelle les artistes faisaient bonne figure ?

Certains s’y sont retrouvés pour le business, d’autres parce qu’ils avaient des problèmes au pays. Chacun cherchait à survivre selon ses moyens. Par exemple, Marie Louise Asseu y a organisé un spectacle qu’elle a dénommé Soirée retro où un DJ venait jouer des anciens tubes. C’était salutaire ! Les artistes ne manquant pas d’idées, chacun créait pour vivre.

Zongo et Tao y ont entamé des tournées. Me concernant, j’ai donné deux concerts. Entre nous, il n’y avait ni animosité, ni esprit LMP-RHDP. Là-bas, j’ai compris que chacun avait l’amour du pays bien qu’il ait son bord politique.

Ceci est la face A – le côté positif des choses, mais il n’y avait pas que la joie dans les rues de Bamako !

Etant donné que nous n’avions pas d’activités, économiquement la vie était dure, surtout pour les nombreux Ivoiriens anonymes. Je voudrais profiter de vos colonnes pour attirer l’attention des autorités ivoiriennes. A Bamako, nombreux sont les Ivoiriens qui sont victimes de rafles de police. Dans les commissariats, à partir de 22 heures, c’est bourré d’Ivoiriens.

J’en ai fait sortir beaucoup. En plus d’avoir la carte nationale d’identité ivoirienne, on leur demande la carte consulaire. Dans le cas contraire, ils sont embarqués s’ils ne paient pas 5000 Fcfa. Pourtant, le consulat ne travaille pas. Je ne sais pas s’il est maintenant fonctionnel ! On parle de CEDEAO. Mais il faut que les autorités ivoiriennes attirent l’attention des autorités maliennes sur ce fait. C’est ce côté qui est dommageable aux Ivoiriens.

Personnellement, je n’ai rencontré aucun problème.

Pendant la crise postélectorale vous vous refusiez toutes critiques et analyses sur le sujet, pourquoi cette attitude pour un artiste qui fait du ‘’peace and love’’ son cheval de bataille ?

On a longtemps travaillé pour ne pas que, ce que nous avons vécu arrive. Dommage que cela soit arrivé et tous, nous étions en insécurité. J’étais en insécurité puisque je faisais l’objet de recherche. Je me suis mis à l’abri et j’ai décidé de me taire pour préserver des vies et Dieu merci j’y suis arrivé. Aujourd’hui, nous revenons pour continuer le combat de réconciliation et rappeler que nous avions prévenu, mais personne n’a prêté l’oreille. Nous avons œuvré pour la cohésion nationale à travers nos chansons.

‘’Reconstruisons le pays’’ est tiré de l’album Mea-culpa sorti en 2010. Nombreux sont les Ivoiriens qui croient aujourd’hui que le chant a été composé dans l’esprit de la réconciliation.

La censure de l’album n’a pu permettre une véritable exploration de l’œuvre ?

L’album est sorti depuis février 2010, mais censuré sous l’ancien pouvoir comme tu l’as dit. Pour beaucoup, c’est une nouvelle chanson. Avec le changement, la télé diffuse et c’est comme si elle avait été composée hier. Elle plaît aux Ivoiriens, je dis merci à Dieu !

Vous avez été victime récemment d’un accident de circulation sur l’axe Ouangolo-Bamako. Vous vous en êtes sorti indemne mais votre véhicule était irrécupérable. Dans quelles circonstances s’est produit l’accident ?

Un ami qui est à Ouangolo y a organisé un tournoi de football à l’honneur du Président de la République et le parrain était le petit du Président, que tous appellent Photocopie. Cet ami est allé me chercher à Bamako. A treize kilomètres de Ouangolo, un autre véhicule est venu me percuter par derrière et mon véhicule a freiné sa course contre un arbre. Je crois que c’est un élément de Fofié qui était à bord d’un pickup. Ma voiture est irrécupérable. Je profite pour dire à Fofié et au Premier ministre de se pencher sur mon cas. Je n’ai plus de voiture.

Des Ivoiriens ont souhaité la guerre, la Côte d’Ivoire a fait sa guerre et elle tourne cette page triste faite de nombreux morts. Que retenir de cette longue crise?

Il faut retenir que la paix est un trésor, de l’or. Comme le premier Président de la République, je dirai que la paix n’est pas un vain mot, c’est un comportement. Aujourd’hui, chacun a compris qu’il faut mettre fin au terme d’Ivoirien du nord, de l’ouest, du sud. Les frontières ont été érigées avant que nous ne naissions. Il existe une seule et même Côte d’Ivoire. Aucun politicien ne doit venir avec un concept pour diviser les Ivoiriens. Nous devons les freiner en brandissant un carton rouge. Il faut changer de fusil d’épaule.

L’Intelligent d’Abidjan Koné Saydoo

Étiquettes : , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :