Déménagement clandestin à Agban: des armes saisies au domicile du commandant Abéhi

Le domicile de l’ancien commandant d’escadron blindé de la gendarmerie d’Agban, Abéhi Jean Noël, a été perquisitionné, hier, et certains éléments de sa garde rapprochée ont été mis aux arrêts. Il y a été trouvé plusieurs armes de guerre appartenant au commandant fugitif.

C’est sur ordre de Vako Bamba, adjoint au commandant supérieur de la gendarmerie, que la brigade de recherches a mené l’opération. Comment sommes-nous arrivés à cette situation ? A 10h, des gendarmes restés fidèles à l’ancien patron de l’escadron blindé sont arrivés avec un camion cent-tonnes pour, dit-on, ramasser ses bagages en vue de les transporter vers une destination inconnue. C’est ainsi que la hiérarchie a été saisie par des gendarmes de la caserne d’Agban.

Immédiatement, l’ordre a été donné au cdt Yéo Ousmane et à ses éléments de mettre la main sur le camion et de procéder à une perquisition. Ce qu’ils firent. Ensuite, tous ceux qui procédaient au déménagement clandestin ont été mis aux arrêts. Le camion-pirate neutralisé est actuellement stationné dans la cour d’Agban.

Il faut rappeler qu’Abéhi Jean Noël a pris la fuite le 4 juillet dernier. Il est sorti très tôt à bord de deux véhicules de type 4×4 de couleur blanche aux vitres fumées respectivement immatriculés 252 PKB 11 et 383 WW 01. Aidé par ses «lieutenants», l’ancien homme fort de l’escadron blindé de la caserne de gendarmerie d’Agban a donc choisi la fuite pour échapper, croit-il, au tribunal militaire.

Selon une source proche de la gendarmerie nationale, l’ancien chef de l’escadron blindé a refusé à six reprises de répondre à la convocation du tribunal militaire d’Abidjan. Le lt-colonel Ange Kessi, commissaire du gouvernement, devait l’auditionner dans le cadre des procédures judiciaires liées aux événements de la crise post-électorale. Abéhi aurait demandé aux enquêteurs de se rendre à Agban pour l’entendre.

Dans la mesure où il a estimé que sa sécurité ne serait pas garantie en se déplaçant au 17ème étage de la tour A du tribunal militaire, au Plateau. En guise de réponse, le procureur militaire a menacé d’aller le chercher de force à la caserne pour le mettre sous mandat de dépôt. Il est poursuivi pour arrestation illégale, séquestration et meurtre. Un mandat d’arrêt a été lancé contre lui.

Nord-Sud par Bahi K.

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :