Zara Phillips: les larmes poignantes de la jeune mariée

Après son mariage avec le rugbyman Mike Tindall célébré le 30 juillet à Canongate Kirk puis à la résidence Holyroodhouse de la reine Elizabeth II, Zara Phillips n’a pas tardé à se remettre en selle, au figuré comme – surtout – au propre.

Malgré une nuit de fête survoltée et un lendemain encore animé, la Royale Rebelle désormais rangée réapparaissait dès le 2 août, telle qu’on la connaissait avant qu’elle devienne Mme Mike Tindall et telle qu’elle le sera encore : en tenue d’équitation, auprès de ses amis équidés. Entourée de jeunes mannequins dont ses demoiselles d’honneur Nell Maude, 11 ans, et Jazz Jocelyn, 8 ans, Zara Phillips lançait alors sa première collection de vêtements d’équitation à destination des enfants, ZP 176 Kids, à Manor Farm, dans le Gloucestershire où elle réside ainsi que toute sa famille.

Mais jouer les businesswomen ou les ambassadrices n’est pas la vraie vie de Zara Phillips. Rien ne peut surclasser son amour de la vie nature et sa passion immodérée pour les chevaux (« ma vie, c’est monter à cheval », assénait-elle d’ailleurs à cette occasion). Et le sourire éclatant qu’elle affichait alors a laissé place à des larmes bouleversantes, dimanche 7 août, au moment de laisser partir à la retraite son loyal compagnon, Toytown. Un moment déchirant dans la vie d’un cavalier que celui de la retraite bien méritée de sa monture…

La rebelle et la bête, quelle histoire d’amour !

Malgré ses efforts pour contenir son émotion, Zara Phillips n’a pu retenir ses larmes ni masquer son intense émotion, dimanche à Gatcombe, après un ultime baroud d’honneur sur Toytown, le cheval sur lequel elle était devenu championne d’Europe en 2005 et championne du monde en 2006 d’eventing (dressage, cross-country, saut d’obstacles) à Aachen. L’apogée. L’histoire d’amour entre la petite-fille de sa majesté la reine, née en 1981, et le magnifique hongre alezan, né en 1992, avait débuté en 1999, lorsque Zara Phillips, qui avait flashé sur lui lors d’une compétition, l’avait acquis, quelques mois après que son père Mark Phillips l’avait lui-même découvert au cours d’une leçon donnée par le précédent propriétaire. Pourtant pas prédisposé à briller en eventing, Toytown, affectueusement surnommé Noddy, deviendra pourtant une étoile du genre avec Zara Phillips, totalisant 1 421 points au cours de sa carrière britannique. Sous la houlette du père de Zara, Mark Phillips, en matière de jumping, et de la coach Sandy Pflueger en dressage, le tandem s’illustra pour la première fois en 2002, avec le titre de Meilleur jeune aux Bramham Horse Trials, bientôt suivi d’une médaille d’argent aux championnats d’Europe des jeunes cavaliers, la même année. Sur la scène pro, ils firent une entrée remarquable et remarquée en 2003, manquant de peu la victoire finale aux Burghley Horse Trials. Seul regret à avoir : Zara et Toytown, qui avaient en commun leur caractère affirmé et volontiers rebelle, n’ont jamais pu disputer les Jeux Olympiques ensemble, leur participation en 2004 et en 2008 ayant à chaque fois été contrariée par une blessure.

Zara Phillips avait eu beau annoncé à l’avance leur dernière sortie, le moment venu, elle n’en fut pas moins submergée par l’émotion, quelques minutes après 13h45, dimanche en clôture du British Festival of Eventing à Gatcombe Park. Après avoir paradé pour la dernière fois, Toytown, 18 ans, va savourer paisiblement ses vieux jours dans la campagne du Gloucestershire, au Gatcombe Estate. Zara a déclaré : « Ça va être difficile. C’est la fin d’une époque. C’était le cheval de toute une vie, pour moi. On a grandi ensemble, on a progressé ensemble, tout semblait aller facilement pour nous. Son manière de bouger, son tempérament, tout concourait à en faire le cheval complet. Je ne pense pas que je trouverai jamais un cheval tel que lui, mais j’espère que j’en trouverai d’autres qui sauront atteindre son niveau. »

Dimanche 7 août, Zara Phillips pouvait compter sur les siens pour la réconforter et sécher ses pleurs : son époux Mike Tindall, capitaine de l’équipe anglaise de rugby, en pleine préparation du Mondial 2011 mais toujours disponible pour sa belle, lui qui a vu au fil des dernières années le lien fort entre la cavalière et sa monture, sa mère la princesse Anne, son père le capitaine Mark Phillips, ou encore son frère aîné Peter Phillips, venu avec son épouse Autumn et leur bébé de quelques mois, Savannah, premier arrière-petit-enfant de la reine. L’ovation du public, elle, était à partager avec le majestueux Toytow

Purepeople.com

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :