Raoul Ruiz est mort

PARIS (AP) — Le cinéaste franco-chilien Raoul Ruiz, qui avait réalisé « Généalogies d’un crime » et « Mystères de Lisbonne », est décédé ce vendredi matin dans un hôpital parisien. Il avait 70 ans.

Il a succombé à une infection pulmonaire à l’hôpital Saint-Antoine, à Paris, a précisé François Margolin, qui avait produit plusieurs de ses films.

Raoul Ruiz avait adapté de nombreux auteurs à l’écran, dont Marcel Proust (« Le Temps retrouvé »), Jean Giono (« Les Ames fortes », avec Laëtitia Casta) ou encore Honoré de Balzac (« La Maison Nucingen »).

Ses « Généalogies d’un crime » avaient remporté l’Ours d’argent à la Berlinale de 1997 et, plus récemment, son film-fleuve « Mystères de Lisbonne » s’était vu décerner le prix Louis-Delluc 2010.

Joint au téléphone par l’Associated Press, son ami et producteur François Margolin a salué « l’un des plus grands esprits de notre époque ». Raoul Ruiz considérait le cinéma véritablement comme un art; il voulait en faire « un langage qui soit l’égal de la littérature », a-t-il souligné, en ajoutant que cela ne l’avait « pas empêché de faire aussi des films qui ont eu beaucoup de succès ».

Les acteurs et les actrices « se battaient pour tourner avec lui », a affirmé François Margolin. Pour Raoul Ruiz, John Malkovich avait incarné Klimt dans le film éponyme. Le réalisateur a aussi dirigé Marcello Mastroianni (« Trois vies et une seule mort »), Catherine Deneuve (« Généalogies d’un crime », « Le Temps retrouvé »), ou encore Isabelle Huppert (« La Comédie de l’innocence »).

Le cinéaste avait fui le Chili après le coup d’Etat d’Augusto Pinochet en 1973 et il s’était réfugié en France. Son esprit était partagé entre ces deux pays, ces deux cultures, « mais il a aussi tourné des films aux Etats-Unis, en Angleterre, au Portugal et même à Taïwan », a noté M. Margolin, en se souvenant de l’oeuvre prolifique de Raoul Ruiz. « Lui-même ne savait pas exactement le nombre de films qu’il avait réalisés! »

Le président du Centre national du cinéma (CNC) Eric Garandeau souligne dans un communiqué que Raoul Ruiz avait créé « un univers cinématographique unique, baroque, onirique, un grand jeu, à l’image du monde, avec sa légèreté et sa gravité, son sérieux et ses divagations ».

Le président Nicolas Sarkozy rend hommage à « ce conteur hors pair » dont l’oeuvre a fait « appel à tous les genres cinématographiques, à la fois baroque et audacieuse, marquée aussi bien par les films de la Nouvelle Vague que par les romans de Stevenson ». Dans un communiqué diffusé par l’Elysée, le chef de l’Etat salue la mémoire de ce « digne héritier des Lumières » qui était « d’une immense érudition et d’une infinie curiosité ».

En évoquant une oeuvre « aussi foisonnante qu’exigeante », le Premier ministre François Fillon insiste sur « l’avant-gardisme et l’originalité » du cinéaste. Le répertoire de Raoul Ruiz prouve que « le mélange des genres cinématographiques, l’audace formelle et parfois surréaliste, le métissage des cultures et des continents peuvent rencontrer à la fois un vrai succès critique et un large public ».

AP

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :