Liberia: Mme Sirleaf réélue, son rival Tubman prêt à travailler avec elle

L’opposant libérien Winston Tubman a affirmé vendredi qu’il était prêt, pour la paix et l’unité de son pays, à « trouver un moyen de travailler » avec la présidente Ellen Johnson Sirleaf réélue, selon des résultats quasi-complets, lors du 2e tour de la présidentielle qu’il a boycotté.

« Puisque Mme Sirleaf va maintenant prétendre être présidente » réélue, « et est reconnue par la communauté internationale, nous devons trouver un moyen de travailler avec elle, et je pense que cela n’est pas insurmontable », a déclaré M. Tubman, 70 ans, dans un entretien avec des journalistes de l’AFP et de Radio France Internationale (RFI) à sa résidence vendredi matin à Monrovia.

Selon des résultats portant sur 86,6% des bureaux de vote communiqués jeudi soir par la Commission électorale nationale (NEC), Mme Sirleaf a obtenu 90,8% des voix au second tour de la présidentielle organisé le 8 novembre. Mais la participation a été faible (37,4%), contrairement à celle du 1er tour du 11 octobre qui avait dépassé 71%

Winston Tubman, diplomate et leader du Congrès pour le changement démocratique (CDC), s’était retiré de la course le 4 novembre et avait appelé à boycotter le scrutin, en affirmant que le second tour serait entaché de fraudes et d’irrégularités similaires à celles qu’il avait dénoncées au premier tour.

Vendredi, il a réaffirmé que, comme précédemment indiqué, son parti ne reconnaîtrait pas les résultats du second tour car il « n’est pas à vendre » et a contribué au faible taux de participation par son appel au boycott.

Toutefois, a-t-il précisé, le CDC est « prêt à panser les plaies de notre pays et à unir notre pays » après des guerres civiles qui ont fait 250. 000 morts, détruit les infrastructures et ruiné l’économie du Liberia de 1989 à 2003.

« Nous nous sommes engagés dans la politique parce que nous avons l’ambition profonde d’unir le pays, de panser les plaies (. . . ) et cela doit continuer », a encore déclaré M. Tubman, affirmant qu’il tente de convaincre les jeunes de son parti, paraissant déterminés à contester le pouvoir de Mme Sirleaf, que la paix était la chose la plus importante pour le Liberia et dépassait les ambitions personnelles.

Jeuneafrique.com

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :