Côte d’Ivoire : une centaine de partisans de Gbagbo rassemblés devant la prison de la CPI

http://platform.twitter.com/widgets/hub.1326407570.htmlUne centaine de partisans de l’ex-président ivoirien Laurent  Gbagbo,  soupçonné de crimes contre l’humanité lors des violences   post-électorales de 2010-2011, se sont rassemblés samedi devant le  centre de  détention de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, a  constaté un  journaliste de l’AFP

Une centaine de partisans de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo,  soupçonné de crimes contre l’humanité lors des violences post-électorales de  2010-2011, se sont rassemblés samedi devant le centre de détention de la Cour  pénale internationale (CPI) à La Haye, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Nous sommes venus ici pour demander la libération du président Gbagbo », a  déclaré à l’AFP Léontine Topo, présidente de l’Association des Femmes patriotes  ivoiriennes de France, organisation pro-Gbagbo à l’initiative du rassemblement.  Venus de France principalement, mais aussi de Belgique, d’Italie et des  Pays-Bas, les Ivoiriens présents, des femmes en majorité, ont dansé au rythme de  musiques africaines devant l’entrée principale du centre de détention de la CPI  à Scheveningen, le quartier balnéaire de La Haye, où est écroué l’ex-président  depuis le 30 novembre.

Scandant « Il n’a rien fait Gbagbo! » et « Libérez Gbagbo! » notamment, la  plupart d’entre eux portaient des chapeaux aux couleurs du drapeau de la Côte  d’Ivoire, l’orange, le blanc et le vert. « Nous voulons que la CPI arrête  Alassane Ouattara et Guillaume Soro, qui continuent à tuer des Ivoiriens », a  ajouté Mme Topo au sujet de l’actuel président ivoirien et de son Premier  ministre : « ce sont eux les vrais coupables ».

Selon des sources concordantes, au moins une personne avait été tuée le 21  janvier à Abidjan lors d’une attaque de jeunes contre un meeting de partisans de  Laurent Gbagbo, 66 ans, premier ex-chef d’Etat remis à la CPI, entrée en  fonction en 2002.

Arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan, M. Gbagbo est soupçonné par la CPI d’être  « coauteur indirect » de crimes contre l’humanité commis par ses forces entre le  16 décembre 2010 et le 12 avril 2011 lors des violences ayant suivi l’élection  présidentielle de novembre 2010. Son refus de céder le pouvoir à son rival et  actuel président Alassane Ouattara avait plongé le pays dans une crise  meurtrière qui avait fait 3.000 morts.

Jeuneafrique.com avec AFP

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :