La Catalagne perd son peintre extraterrestre Antoni Tàpies

http://platform.twitter.com/widgets/hub.1326407570.htmlLe peintre et sculpteur catalan Antoni Tàpies est décédé le 6 février à Barcelone à l’âge de 88 ans, selon des sources de la municipalité de Barcelone, averties par la famille.

La nouvelle de cette disparition intervient moins d’une semaine après la mort de Dorothea Tanning, peintre, muse et compagne de Max Ernst, et le suicide tragique de Mike Kelley, l’artiste-phare de la scène californienne. Antoni Tàpies, le nom de soleil est synonyme d’art abstrait en Europe, de toiles couleurs de terre, de poussière et d’ombres, de compositions picturales méditatives, proches de la sculpture, qui incorporaient parfois des matériaux de récupération. L’œuvre d’Antoni Tàpies, artiste autodidacte et pourtant lauréat de nombreux prix et récompenses, a été associée dès ses débuts à d’autres grands noms de l’art du XXe siècle, comme l’autre grand peintre catalan Joan Miro aux étoiles poétiques, et au mouvement surréaliste.Antoni Tàpies est né en 1923 à Barcelone dans une famille cultivée de la petite bourgeoisie, militante farouche de la cause catalane. Au XIXe siècle, ses ancêtres publièrent et vendirent des livres. Héritier de cette lignée de lettrés, il en a toujours beaucoup lu, avec un appétit sans faille. Comme Proust et nombre de créateurs, une maladie pulmonaire l’a contraint jeune à l’isolement et au repos forcé. La lecture y a trouvé son compte. Mais aussi le dessin et la peinture, deux penchants qui le poussèrent à abandonner ses études de droit. Dans les années 1940, il exposait déjà ses toiles révolutionnaires de forme et de fond qui firent sensation dans le milieu artistique d’alors.

La matière comme langage

Comme nombre d’artistes de l’après-guerre, Tàpies ressentit l’effroi de la bombe atomique qui avait mis fin si cruellement au conflit mondial. On le ressent encore aujourd’hui devant ses toiles où la terre, la poussière, les atomes et les particules disaient la fragilité des choses et le retour de l’être humain au néant. Pour traduire sa vision du monde dévasté,vaincu et choqué, il employa des matériaux qui n’étaient pas académiques. La matière était le langage même d’Antoni Tàpies. Elle l’est restée dans toute sa longue vie d’artiste. Ses tableaux se reconnaissaient toujours, tout de suite, et vous emmenait dans un no man’s land, entre la Lune et le cimetière des rêves. Antoni Tàpies aimait souligner la part de mysticisme propre à cette matière commune, comme la magie des alchimistes qui transformaient l’ordinaire, voire le vil, en trésor. Il voulait que ses tableaux fassent de même avec le spectateur.

Dans les années 1950 et 1960, Antoni Tàpies créa des séries d’images puisées directement dans son environnement. L’évolution de l’image renvoyait au regard de l’artiste qui voulait que le nôtre apprenne à réévaluer ce qui était tenu pour bas. Le résultat pouvait être déplaisant, voire animal, voire terriblement humain comme les fonctions les plus trivialement organiques, mais aussi comme un pied, une aisselle… Le peintre catalan laissait rarement indifférent. Il avait ses adorateurs, toujours des goûteurs de grande peinture, et des réfractaires qui passaient vite devant ces visions de la Terre devenue désert et des hommes devenus des créatures. En pur Catalan de nom, d’histoire et de culture indépendantiste, Antoni Tàpies a continué à regarder sans fards les évènements politiques et sociaux de son temps. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, son discours artistique et son engagement politique contre le franquisme et le poids de la culture castillane ont donné à ses œuvres une profondeur plus sombre. Il coïncida alors avec d’autres mouvements concomitants, l’Arte Povera en Italie, le post-minimalisme américain. Il incorpora de plus en plus d’objets à ses oeuvres. Il ne renoua vraiment avec la toile que dans les années 1980 lorsque la démocratie revint en Espagne. L’artiste revient toujours à ses premiers rêves. Avec sa disparition, le XXe siècle espagnol perd une de ses dernières grandes figures historiques.

Lefigaro.fr par Valérie Duponchelle

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :