Youssou Ndour a été touché à la jambe

Le chanteur et opposant au président Abdoulaye Wade a été touché à la jambe alors qu’il tentait de rejoindre la place de l’Indépendance de la capitale sénégalaise avec une foule de manifestants.

La tension reste vive à Dakar à quatre jours de l’élection présidentielle. Un rassemblement de l’opposition, interdit par le pouvoir, s’est soldé par l’évacuation du chanteur et opposant Youssou Ndour, blessé à la jambe. «Youssou Ndour a été blessé à la jambe gauche, il a été examiné par un médecin, mais il ne souhaite pas en faire une affaire d’Etat et nous ne commenterons pas plus cette information», a commenté son conseiller en communication.Le chanteur, dont la candidature à la présidentielle a été rejetée par le Conseil constitutionnel, se trouvait au sein de la foule d’opposants souhaitant se rendre à un rassemblement place de l’Indépendance, à Dakar. L’accès à la place était farouchement gardé par des policiers anti-émeutes sur l’avenue Georges Pompidou. Youssou Ndour s’est alors approché de très près du cordon policier, et a grimpé sur le toit d’une voiture. Des pierres sont alors parties depuis la foule en direction de la police, qui a riposté par des tirs de gaz lacrymogènes.L’entourage du candidat refuse de dire quel type de projectile a touché l’opposant, indiquant simplement qu’il avait été blessé «dans le feu de l’action». La police a alors débuté son opération de dispersion de la foule, estimée à près d’un millier de personnes. Parmi les opposants se trouvaient également les candidats à la présidentielle du 26 février, l’ex-premier ministre Idrissa Seck, l’ex-ministre des Affaires étrangères Ibrahima Fall et le député-maire Cheikh Bamba Dièye, tous membres du Mouvement du 23 juin (M23), coalition de partis d’opposition et d’organisations de la société civile réclamant le retrait de la course de l’actuel président. Ce dernier brigue un troisième mandat.

«Depuis quelques jours, la population sénégalaise, dans tous ses compartiments (…) lui a montré qu’elle ne veut plus de ce troisième mandat. Il n’a qu’à reconsidérer sa position», a déclaré avant l’incident Youssou Ndour à l’AFP. Après la dispersion de la foule par les policiers, des groupes de jeunes se sont éparpillés dans les rues adjacentes et y ont construit des barricades de fortune. Les violences liées à la contestation ont fait au moins 6 morts depuis le 27 janvier, date de la validation de la candidature d’Abdoulaye Wade à la présidentielle.

Dans un communiqué, la Mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE UE) déplore tout recours à la violence «tant par les forces de l’ordre que par les manifestants» et «appelle à l’arrêt des violences et au respect du caractère pacifique que devrait revêtir tout débat politique démocratique».

Lefigaro.fr

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :