Dans le ventre du Grand Québec

Sur la cime des arbres chantaient deux corbeaux

Sur la cime des arbres chantaient deux corbeaux

Quand passait sur le Saint-Laurent un petit bateau

Chargé plein la cave de nombreux lourds fagots

 

Refrain :

Dans le ventre du Grand Québec

Les corbeaux ont perdu leur bec

Pendant l’hiver rude sur le sol verglacé

Car il n’y a plus rien au sol à ramasser

 

Quand pleurait le soleil sur la vaste neige

Ses rayons frissonnaient sur notre berge

Les grues du port bruissaient la machinerie

Tandis qu’en ville tranchait la menuiserie

 

Dans l’air du temps et les vagues du vent

Sous le ciel gris du grand Saint-Laurent

Je voyageais sur les arbres sans feuillage

Cherchant le sémaphore pour un accostage

 

A chaque instant sur la neige blanche

Le bateau dépucelait la glace blanche

Qui écartait ses cuisses sur le passage

Avec une belle pointe de grand dosage.

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :