Le patron de Twitter chez les candidats à la présidentielle

Jack Dorsey, président et cofondateur de la plateforme de microblogging, a rencontré mercredi François Bayrou, François Hollande et Nicolas Sarkozy. Le candidat UMP lui aurait proposé d’ouvrir un bureau en France.

Les équipes de Twitter, aux États-Unis, n’en revenaient pas. Ce mardi, le nom de leur président, Jack Dorsey, était un des sujets les plus discutés sur la plateforme de microblogging en France.

Rien de très étonnant pourtant: le cofondateur du site Internet était de passage à Paris pour rencontrer plusieurs candidats à la présidentielle. Dans la matinée, Jack Dorsey a rendu visite à François Bayrou et François Hollande, avant de s’entretenir avec Nicolas Sarkozy.

Pour la plateforme de microblogging, qui commence à déployer son offre commerciale, ces rendez-vous ont été l’occasion de pousser l’utilisation des réseaux sociaux dans le cadre de campagnes électorales. Outre-Atlantique, Twitter est ainsi devenu un outil incontournable pour lancer des polémiques ou désamorcer des bombes pendant les primaires républicaines.

«Tirer des enseignements»

Son utilisation dans la campagne présidentielle française serait aussi un bon moyen de développer sa notoriété et son utilisation par le grand public, préalable nécessaire à toute monétisation publicitaire.

Les candidats français ont eux cherché à «tirer des enseignements [de l’expérience de Jack Dorsey, NDLR] afin de favoriser le développement des entreprises innovantes françaises» (chez François Hollande) et, surtout, évoqué l’ouverture d’un bureau de Twitter en France. Selon l’Élysée, «Jack Dorsey aurait répondu positivement à cette invitation (de s’installer en France)». La start-up américaine est déjà implantée à Londres et a annoncé, fin janvier, l’ouverture prochaine d’un bureau en Allemagne.

Une installation prometteuse d’innovation et de recettes fiscales, alors que Nicolas Sarkozy a remis sur la table son projet de taxer les acteurs américains d’Internet pour leurs activités en France, à travers une taxe sur la publicité en ligne ou l’assujetissement à l’impôt sur les sociétés. Jack Dorsey a également rendu visite à quelques médias français, dont les groupes audiovisuels TF1 et Canal +, et le groupe de presse Le Monde.

Lefigaro.fr par Marie Catherine-Beuth

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :