Une mésange dans le vent

 

Le vent embrassait sans honte les branches nues

Quand voyageait mon regard de célibataire vêtu

Admirant à chaud dans la joie risible du vent frais

Les coups de bec de la mésange sur le tronc épais

 

Seul sur la route le nez pointé au grain du spectacle

Maintenant assis comme une marmite sans couvercle

Je partageais le frileux plaisir qui bientôt s’évaporait

Comme l’ombre ivre sans os du vent qui disparaissait

 

Déployant ses ailes dans ma bienveillante  direction

L’oiseau déféquait maladroitement sans permission

Sur le vaste champ dénudé et étiolé de ma calvitie

Rompant soudainement le maigre temps de mon répit.

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :