Vivez le sexe à quarante ans

On les dit épanouies, sans complexe, en harmonie parfaite avec leurs désirs. Mais qu’en est-il vraiment de la sexualité des femmes de quarante ans ? Claudie Caufour est sexothérapeute. Elle répond à toutes nos questions.

La sexualité épanouie des femmes de 40 ans : un mythe ou une réalité ?

A 40 ans, les quadras vivent dans un corps pleinement érotisé, et la plupart d’entre elles connaissent dès cette époque de leur vie des orgasmes à répétition. Pour d’autres, cet âge leur fait le merveilleux cadeau de se découvrir ruisselante, «fontainisante» dans l’apogée de l’orgasme qu’elles s’autorisent enfin à s’offrir.

Quelles différences avec la sexualité des jeunes femmes de 20 ans ?

Elles sont rayonnantes, belles, bien dans leur peau, elles surfent sur la cime d’une carrière passionnante, sont des épouses attentionnées, des mamans pas du tout has been d’ados avec qui elles entretiennent des relations complices, et des amantes qui placent le plaisir au centre de leur sexualité.

La femme de 40 ans prend-elle plus de plaisir ?

40 ans : elle habite son sexe et elle habite sa vie, pour elle même. Plus que jamais. Ce chemin là, pour rien au monde elle ne reviendra en arrière. Elle se revendique : femme avant tout. Elle a des exigences quant à la place et la considération que l’homme de sa vie doit être en mesure de lui donner et ses enfants de se conformer.  Elle se vit intensément, dans chacun de ses orgasmes et dans la conscience du temps qui passe.  Elle donne une place de choix au plaisir qui est vécu dans cette seule finalité.

Que pensez-vous du phénomène des « femmes cougar » ?

La quadra répond présent à tout ce qui peut nourrir son plaisir : sextoys, lingerie coquine, expériences inédites, bisexualité. Éventuellement elle répond présent à ceux qui savent l’accompagner vers la jouissance : toyboys, petit minet flatté que la féline cougar le choisisse pour son quatre heure ou pour une aventure plus longue, une aventure qui s’arrêtera juste avant que la MILF (mother i like to fuck) ne se transforme en granny ! A peu de chose près, le compte de cendrillon à l’envers !

Et côté sexualité de l’homme après 40 ans ? Où en est-il ?

C’est le début de sa baisse de libido. Ça s’installe sournoisement : des petits troubles sexuels passés inaperçus auxquels il n’a pas voulu prêter attention et qu’il a compensés habilement dans l’acte sexuel pour donner à sa quadra gourmande autant de plaisir. Une petite dépression, un manque de créativité, un manque d’allant qui affectent directement sa fougue passée ! Bref, inexorablement son taux d’androgènes diminue et ça affecte sa libido.

Propos recueillis par Emilie Lemoine

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :