Ma corneille du soir

 

Détends-toi sur la branche sans plumes

Avec les feuilles de ton costume noir

Sous le regard moribond de la glace fondante

 

Descends vite ma chère corneille du soir

Et prends de ton bec le petit caillou noir

De ton jabot puis bois-en une belle gorgée

Pour étancher ta soif avant ta remontée

 

Si tu vois le chat persan qui t’approche à pas feutrés

Fais attention car il a une fourrure peu sympathique

Cachant la méchanceté friande de ta chair à plumes

 

Si tu viens crier à ma fenêtre après midi

Pendant que je dors avec ma belle Nancy

Tu as peu de chance d’avoir ta ration de grain

 

Sache que ton dérangement peu courtois

Peut te jouer aussi des sales petits tours

Pour recevoir l’attente et l’entente de ton bec.

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :