Le paysage de ton corps

 

Sous l’herbe grasse de la nature sauvage

Ton corps ressemble à un beau paysage

Confondu entre tiges frêles encore debout

Dans le flot impétueux de tes cheveux doux

Qui tombent sur ta belle et chaude poitrine

Arrosant le contour de tes seins mandarine

Qui cherchent à atteindre l’île de ton nombril

Comme dans la vaste vallée du grand Nil

Où la verdure mature de ton champ de beauté

Nourrit à satiété le vagabond affamé et égaré

Qui trouve refuge sous la grotte de tes aisselles

Humant aussi le musc de tes poils en dentelles.

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :