A la porte du baiser

A la porte de ta bouche

se tient des dents blanches

qui n’ont pas de manches

 

Quand au seuil de ton sourire

dans la joie cachée de ton rire

tes douces lèvres ne sont pas ivres

 

Retenu au collet par un baiser chaud

au goût d’une crème glacée sans peau

j’aspire ton désir comme un tonneau

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :