Le souffle de la chaleur

Le gazon vert du jardin sèche

Et la pluie a perdu sa bouche

Quand les fleurs crient leur faim

Les plantes de la cour n’ont plus de destin

 

Chaque jour le moineau visite la mangeoire

Et emmène au plaisir ses amis tous les soirs

Quand prenant un verre de vin au balcon

J’appelle Christine qui traîne encore au salon

 

Dans le voyage agréable du temps qui dort

La chaleur a déjà décidé la marche du sort

Réduisant mes efforts à néant d’agriculteur

Qui noie ses espoirs dans un vin sans bonheur

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :