La poussière des bombardements

Dans la poussière des bombardements

les pierres tombaient comme du béton

fondant mortellement la présence des têtes

et des maisons cossues non résistantes

 

Dans la chute fracassante d’éclats d’obus

les maisons perdaient leur corps dodus

chacune avec son petit et grand trou

les objets d’arts n’avaient plus de cou

 

Le silence habitait sans peur

malgré les canons de la douleur

Les maisons abandonnées à sa garde

tombaient sous l’occupation des sans-grades.

 

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , ,

Une Réponse to “La poussière des bombardements”

  1. lgyslaine Says:

    bel écrit et triste réalité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :