Le silence coupable de l’orgueil

Muré dans le silence de la contemplation

mangeant son gâteau avec le chef de la nation

ses parents mouraient sous la pluie des bombes

des hors- la loi détruisant ses vieilles tombes

Après avoir goûté aux plaisirs de la terre

dans l’indifférence de son orgueil solitaire

il n’aimait personne d’autre que son père

vantant la maternité difficile de sa mère

Dans la fuite du temps somnolent de la démocratie

au creux des turbulences impétueuses sans merci

le dos trempé au seau de la sueur de la contestation

il avait rangé sa valise pour une grande mutation

Devenir gitan sans logis dans une terre d’exil

loin des manœuvres de sa politique d’asile

il rongeait à mort le dernier frein de sa vie

du bout de ses ongles comme un pain sans mie.

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :