Sur le tabouret de Sandy

Debout sur le tabouret à quatre pieds

L’œil collé sur le petit trou de curiosité

Quand Sandy souffle de toute sa nervosité

L’eau inonde déjà le pauvre vieux plancher

Criant au secours du maître ivre et indolent

Plongé dans une folle admiration de l’ouragan

Le chat peureux a gagné la chambre à l’étage

Oubliant que son maître va bientôt être à la nage

Les pieds qui ne parlent pas sentent l’humidité

D’un salon saoul jusqu’à la dernière gorgée

Le bal dansant mortel des arbres déracinés

Triste sort des invalides de la terre exposée

Aux multiples caprices des baisers de Sandy

Qui noient et tuent les humains jusqu’à la lie

Mes ancêtres disaient quand il fait très chaud

C’est un signe de malheur qui frappera le drapeau

La nature nous prévient de sa colère à venir

Prenant donc des dispositions pour nous prémunir

Des catastrophes qui pointent à l’horizon de la terre

Car trop d’astres sont visibles dans l’atmosphère.

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :