RDC : Sultani Makenga affirme que le M23 quittera Goma d’ici à vendredi

Makenga : 'On a commencé à retirer nos forces' dans le Masisi. Makenga : « On a commencé à retirer nos forces » dans le Masisi. © Michele Sibiloni/AFP

Le chef militaire du Mouvement du 23 Mars (M23), Sultani Makenga, a assuré, mardi 27 novembre, qu’il respectera la demande du sommet de Kampala concernant un retrait de ses troupes de Goma, occupée depuis le 20 novembre. Il se donne jusqu’à vendredi pour entamer ce repli vers les « positions initiales » de la rébellion « dans le territoire de Rutshuru », au Nord-Kivu.

Après avoir accepté la veille le principe d’un retrait de Goma, le chef militaire du Mouvement du 23 Mars (M23) en a précisé les délais, mardi 27 novembre. « Demain ou après demain (…) au plus tard dans trois jours, on va quitter Goma (…) On nous avait demandé de nous retirer à 20 kilomètres [lors du sommet de Kampala, samedi dernier, NDLR] et nous allons le faire, il n’y a pas de problème », a déclaré Sultani Makenga. Sans évoquer les conditions énumérées un peu plus tôt par le président du M23 et chef politique de la rébellion, Jean-Marie Runiga.

D’ici à vendredi, la capitale provinciale du Nord-Kivu devrait être libre, après une semaine d’occupation par les rebelles. Selon Makenga, le délai de 48 heures initialement prévu serait trop court pour rassembler ses troupes avant de se replier. « Nous avons des forces à Masisi, un territoire à l’ouest de Goma. On a commencé à retirer nos forces, nos forces sont en mouvement, dans cette zone », a-t-il poursuivi.

Rassemblement

« On attend nos forces qui sont loin de Goma, qu’elles arrivent au lieu de rassemblement avant un retour aux positions initiales dans le territoire de Rutshuru », à la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda. En échange, Kinshasa devrait prendre en compte les « revendications légitimes » du M23 mais rien n’indique pour l’instant l’ouverture de négociations directes entre les belligérants, que Kinshasa a jusqu’à présent rejetées.

Lors de son déplacement à Kampala, lundi, Makenga n’a pas pu voir les responsables militaires congolais. « Je suis arrivé en retard à cause du mauvais temps, et le chef d’état-major du Congo était déjà reparti », a-t-il expliqué à son retour en RDC. Une réunion des chefs d’état-major des armées des pays de la région des Grands Lacs est cependant prévue vendredi à Goma pour s’assurer du respect par les rebelles de leur engagement à quitter la ville, a annoncé le chef d’état-major ougandais, Aronda Nyakairima.

Jeuneafrique.com avec AFP

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :