La neige du premier manteau

 

Sur le toit vert et sur les branches des arbres

La neige glissante et tombante était de marbre

Ses premiers flocons ivres et muets jetés au sol

Formaient une belle nappe blanche sans bémol

 

A travers la clarté du manteau de la baie vitrée

Mon regard de lecteur au corps fatigué et glacé

Admirait la symphonie de sa belle robe blanche

Cousue à la triste saison de couture sans manche

 

Sans permission elle était souriante au balcon

Audacieuse parfois devant la fenêtre sans nom

Elle me cherchait à tout prix dans sa splendeur

Heureusement que j’étais déjà avec mon bonheur.

 

Bernard NKOUNKOU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :