La nuit de la tentation

 

Il est minuit

J’entends un bruit

Qui étrangle le silence

Le déchire et le froisse

Avec ses mains de nuit

Longues comme un puits

Par-ici un pas effrayant s’écrase

Par-là une chute invisible se brise

Vorace le bruit gagne les murs

S’enfle, grince puis murmure

La peur se révolte et prend du labeur

Vigilants sont les yeux dans la terreur

L’âme veille, s’active et s’intensifie

Quand le corps intrépide affronte le défi

La longue dent de la nuit se rétrécit

Elle se referme entre ses lèvres lippues

Puis disparaît sur son visage de zébu

Soudain sa bouche de mangeur d’âmes

Fuit devant la puissance des armes

Déployées et étalées par la sainte flamme

La prière mental et du cœur triomphe

Pour redonner confiance à l’homme

Qui retrouve enfin sa belle étoffe

Le démon met ses jambes à son cou

Le voilà qui s’enfuit de son mauvais coup

Vaincu par le rosaire du mois de Marie

Comme un bel encens qui brûle sans bruit.

 

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :