La Syrie de la guerre

 

En Syrie

Longtemps on a souri

Car la guerre a durci

Le visage des maris

Les hommes et les femmes du pays

Ont perdu la joie des fêtes avec du riz

Car ce sont les obus qui font la fête

Autour des cadavres sans têtes

L’appétit a un goût de sang

Le sang des martyrs dans les rangs

De cette guerre sans ennemis

Mais de simples changements émis

Les maisons aux gros trous

Dans les murs de leur peau

Pleurent le sort des habitants

Aux biens meubles à l’abandon.

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :