Nicolas Sarkozy démissionne du Conseil constitutionnel

» Pourquoi les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy ont-ils été rejetés?
Sitôt rendue publique la décision des Sages de rejeter ses comptes de campagne, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi 4 juillet qu’il démissionnait « immédiatement » du Conseil constitutionnel, dont il est membre de droit, « afin de retrouver sa liberté de parole ».

Après la décision du Conseil constitutionnel et devant la gravité de la situation et les conséquences qui en résultent pour l’opposition et pour la démocratie, Nicolas Sarkozy démissionne immédiatement du Conseil constitutionnel afin de retrouver sa liberté de parole », indique-t-il dans un communiqué à l’AFP.
Cependant, selon l’article 56 de la Constitution, en tant qu’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy est membre de droit du Conseil à vie, et ne peut donc pas réellement démissionner. Il peut simplement s’abstenir de siéger, ce qu’il fait déjà depuis un moment, puisqu’il s’était déjà mis en retrait vis-à-vis des Sages depuis le début de l’examen de ses comptes de campagne.

Le rejet du compte de campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy a été confirmé jeudi par le Conseil constitutionnel, une mesure sans précédent pour un ancien chef de l’État. Une décision qui prive l’ex-candidat UMP du remboursement par l’État de quelque dix millions d’euros de frais de campagne.

« Nous prenons acte »
L’ancien Premier ministre François Fillon a appelé sa « famille politique » à « assumer de manière solidaire les conséquences financières » du rejet du compte de la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy.

De son côté, le président de l’UMP, Jean-François Copé qui s’est immédiatement entretenu avec Nicolas Sarkozy, a annoncé qu’il convoquerait « la semaine prochaine » le bureau de l’UMP. « Nous prenons acte de la décision du Conseil constitutionnel qui annule l’intégralité du compte de campagne de Nicolas Sarkozy pour un dépassement de 2,1%. Nous allons en examiner tous les considérants », écrit le président du parti, Jean-François Copé, dans un communiqué.

Plus tard dans une déclaration réalisée au siège de l’UMP, Jean-François Copé a assuré que « la voix de l’UMP ne s’éteindra pas », appelant « les Françaises et les Français » à participer à « une grande souscription nationale », lancée dès lundi pour aider le parti. « L’heure est à la mobilisation,au rassemblement et au courage », a conclu le président du parti.

Le Nouvel Observateur avec AFP

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :