Le président bolivien veut fermer l’ambassade des Etats-Unis

Le président bolivien Evo Morales, qui s’est vu refuser le survol de pays européens, envisage « la fermeture, si nécessaire » de l’ambassade des Etats-Unis à La Paz. Selon lui, Washington a fait pression sur les pays européens à la suite de rumeurs sur la présence d’Edward Snowden avec lui.

« Nous allons étudier, si cela s’avérait nécessaire, la fermeture de l’ambassade des Etats-Unis en Bolivie. Nous n’avons pas besoin d’une ambassade des Etats-Unis », a affirmé M. Morales à Cochabamba où sont réunis les alliés traditionnels de la Bolivie dans la région pour apporter leur soutien au président bolivien au lendemain d’un retour de Russie émaillé d’incidents.

« Ma main ne tremblerait pas pour fermer l’ambassade des Etats-Unis, nous avons notre dignité, notre souveraineté, sans les Etats-Unis, nous nous sentons mieux politiquement, démocratiquement », a déclaré M. Morales.

Ambassadeur déjà expulsé

En 2008, le président bolivien avait déjà expulsé l’ambassadeur des Etats-Unis en Bolivie, puis, au début 2009, la principale agence antidrogue américaine (DEA), au motif qu’ils s’immiscaient dans la vie politique bolivienne. Un chargé d’affaires occupe actuellement les fonctions d’ambassadeur des Etats-Unis à La Paz.

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a assuré à Cochabamba que la CIA avait ordonné mardi la fermeture de l’espace aérien européen à l’avion du président Morales. Il a affirmé avoir eu au téléphone « un ministre d’un de ces gouvernements européens » qu’il n’a pas identifié.

Snowden toujours à Moscou

Edward Snowden, l’ancien consultant de la National Security Agency (NSA), recherché par les Etats-Unis pour ses révélations sur l’ampleur des programmes de surveillance et d’espionnage des services américains, ne se trouvait pas dans l’avion présidentiel.

Mais l’appareil, qui ramenait le président bolivien d’un sommet sur l’énergie à Moscou, a dû se détourner sur l’aéroport de Vienne où Morales a passé la nuit de mardi à mercredi.

Organisé dans l’urgence à Cochabamba, le sommet de l’Union des nations sud-américaines (UNASUR) vise tout à la fois les Etats européens concernés (France, Portugal, Italie et Espagne) et les Etats-Unis, soupçonnés d’avoir fait pression, redoutant que M. Snowden ne quitte la zone de transit de l’aéroport de Moscou Cheremetievo, où il se trouve depuis le 23 juin.

Romandie.com

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :