Lutte anti-corruption, justice et politique au menu de la presse congolaise

La lutte contre la corruption, avec le président de l’observatoire anti-corruption qui est sous les verrous après avoir été corrompu à hauteur de 24 millions cfa, l’affaire des explosions de la caserne de Mpila et la révision de la constitution, sont au menu des journaux congolais parus samedi à Brazzaville.

« Observatoire anti-corruption corrompu : le président Joseph Mapakou (nom du président de cette institution) sous les verrous », titre le bimensuel  »La tribune d’Afrique ».

« Le président de l’observatoire anti-corruption (OAC), Joseph Mapakou, est sous les verrous depuis le 10 juillet dernier. Il lui est reproché ainsi que son vice-président, André Ikonga Logan, d’être impliqués dans une affaire de corruption, relative à la réhabilitation du siège de l’OAC. Ces deux responsables auraient perçu 24 millions de pot de vin », rapporte ce journal.

« Explosion de la caserne de Mpila : la justice congolaise est-elle téléguidée ? », s’interroge l’hebdomadaire ‘’La griffe » abordant le volet de la justice au Congo.

« La justice congolaise tangue sur l’affaire du 4 mars 2012. Jusqu’à ce jour, il n’y a ni plainte ni début du procès. Mais le dossier va d’une institution judiciaire à une autre sans suite favorable…Qui blogue ? s’interroge toujours ‘’La griffe ».

Là ou l’hebdomadaire ‘’Econews 777 ‘’, se demande si « le colonel Marcel Tsourou (principal accusé dans l’affaire de ces explosions du 4 mars 2012), va subir le même sort que le général Yhombi ? ».

Le général Yhombi Opango (au pouvoir de 77 à 1979) a été mis en prison en 1979 pendant un peu plus de deux ans après son éviction de la présidence par l’actuel chef de l’Etat, sans jugement.

« Révision de la constitution du 20 janvier 2002 : le président Sassou signera-t-il le sixième coup d’Etat du Congo ? » s’interroge ‘’La griffe » qui charge le pouvoir sur cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive dans la société congolaise à l’orée de la fin du deuxième mandat de Dénis Sassou N’Guesso.

« 53 ans d’indépendance, 6 présidents, 5 coups d’Etat, plus de 7 constitutions (…) Le changement de constitution que veulent initier les gestionnaire du pouvoir de Brazzaville conduira à une modification des institutions » commente ‘’La griffe » qui souligne que : « modifier une constitution en cours de validité est un « coup d’Etat constitutionnel ».

‘’La griffe » fait sa Une avec les photos des chefs d’Etat qui ont présidé aux destinées du Congo depuis l’indépendance. Il s’agit de Fulbert Youlou, Massamba Débat, Marien Ngouabi, Yhombi Opango, Pascal Lissouba et Denis Sassou N’Guesso.

APA-Brazzaville (Congo)

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :