Le pouvoir monotone

 

Trop de longévité au pouvoir dérange

Peu de de démocratie véritable ronge

Et corrode le peuple de sa confiance

Qui se love désormais dans la méfiance

Afrique des escargots politiques

Qui roulent leur coquille identique

Puces des coqs de nuisibles chiques

Suçant le sang du peuple en faisant du cirque

Caméléons de moult mandats changeants

Et vieillissant mal comme des éléphants

Qui éprouvent des difficultés en marchant

Traînant leur manteau épais en somnolant

Quand sonne le glas de l’heure du départ

Ils perdent chacun la lumière du regard

Devenant des fantômes de la République

De notre bien chère et triste Afrique

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :