Au crépuscule de l’été

Au crépuscule de l’été
ton corps dans la nuit dorée
approche la chambre de mes baisers.

Au carrefour de nos étreintes enlacées
tes soupirs enchantés aux élans endiablés
traversent les parois des murs ébranlés.

Dans le tangage de ton corps étendu
tes beaux seins de déesse Bahia nue
dégustent la pointe de ma banane dévêtue.

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :