France: Décès de Valérie Benguigui

Valérie Benguegui

Valérie Benguigui

La comédienne a dédié sa vie à la comédie

Pour le 7e art français, Valérie Benguigui restera cette pépite aux milles facettes. Du grand sourire aux larmes, la comédienne pouvait tout exprimer pour l’amour du jeu.

Pour une actrice, prendre le parti de la comédie n’est pas une chose aisée. Savoir rire de soi pour faire rire les autres, voilà pourtant ce qu’avait accepté Valérie Benguigui avec passion. La comédienne décédée lundi soir des suites d’un cancer a consacré sa vie à son métier sans jamais baisser les bras.

C’est à 24 ans seulement que Valérie Benguigui intègre le Cours Florent. Peut-être est-ce au contact de Francis Huster qui la fait tourner en 1986 dans On a volé Charlie, que Valérie Benguigui se décide à s’engager pleinement dans la comédie. Ne se satisfaisant pas de l’enseignement du cours Florent, elle poursuit son apprentissage à l’école du Théâtre national de Chaillot.

Elle honore les planches mais c’est le cinéma qui offre à Valérie Benguigui la place pour exprimer son talent. Dès 1997, elle intègre le casting très familial de La vérité si je mens! Sa bonne humeur communicative et son sens de la famille la poussent souvent vers des rôles de mère aimante, voire protectrice. Pour Charlotte de Turckheim, elle fut Martine à l’affiche de Mon père, mon père, mes frères et mes sœurs… Artus de Penguern la met en scène en mère de Grégoire Moulin contre l’humanité, tandis que Liza Azuelos sacralise son personnage d’Alice, une maman au bord de la crise de nerfs qui retrouve le goût au bonheur grâce à un Apollon aux yeux clairs.

Finalement, en 2010, Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière lui offrent le rôle de sa vie. Au théâtre puis à l’écran, Valérie Benguigui devient donc Babou. Bourgeoise bohème mariée à Pierre Garraud, interprété par Charles Berling, elle est moquée par son propre frère agent immobilier, Patrick Bruel. Les deux auteurs transposent leur pièce au cinéma et emmènent la comédienne dans leur aventure. Sa justesse et son naturel dans ce rôle séduisent autant le public que les professionnels qui lui décernent en février 2013 le César de meilleure actrice dans un second rôle.

Gala.fr par Laure Costey

Étiquettes : ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :