RDC : à Makala, les oubliés de la grâce de Kabila

Une quarantaine de condamnés de la prison centrale de Makala, à Kinshasa, ne sont pas concernés par la mesure de grâce prise par Joseph Kabila. Ils sont suspectés de complicité dans l’assassinat de l’ancien président, Laurent-Désiré Kabila.

Ce sont les laissés-pour-compte de la grâce présidentielle signée le 23 octobre au matin par Joseph Kabila. Incarcérés depuis plus de douze ans à la prison centrale de Makala, à Kinshasa, pour leur participation présumée (et, de l’avis général, non prouvée) à l’assassinat de l’ancien président Laurent-Désiré Kabila, une quarantaine de condamnés (dont douze à la peine capitale) ont vu s’évanouir leur rêve de libération. La plupart d’entre eux, parmi lesquels une femme, Nelly Tyite, l’ancienne secrétaire particulière de Kabila père, sont malades. « Et tous sont effondrés », confie à J.A. le fils de Nono Lutula, ex-conseiller spécial à la sécurité et figure de proue, aux côtés du général Yav Nawej et du colonel Eddy Kapend, des « damnés de Makala ». Reste un ultime espoir : que leurs noms soient inclus dans la liste complémentaire de détenus concernés par la loi d’amnistie qui doit être discutée au Parlement

Jeuneafrique.com

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “RDC : à Makala, les oubliés de la grâce de Kabila”

  1. Bouesso Says:

    Pauvre femme ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :