Afrique du Sud : Pistorius a tué délibérément sa compagne, selon le procureur

Lors de son contre-interrogatoire, le procureur Gerrie Nel a remis en cause vendredi la version des faits d’Oscar Pistorius, accusant le champion paralympique sud-africain d’avoir délibérément assassiné sa compagne.

Oscar Pistorius répète à qui veut l’entendre qu’il pensait tirer cette nuit-là sur un cambrioleur caché dans les toilettes. Mais l’accusation n’y croit pas un mot. Lors de son contre-interrogatoire, le 11 avril, le procureur Gerrie Nel l’a fait savoir une nouvelle fois au champion paralympique sud-africain.

« En fait, vous saviez que Reeva était derrière la porte et vous avez tiré sur elle. C’est la seule chose plausible », a tonné le procureur, avant de demander un ajournement du procès jusqu’à lundi.

>> Lire aussi Procès pistorius : le procureur Nel dépeint un être égoïste.

« J’aurais aimé qu’elle hurle ou crie »

Peu de temps avant, un grand silence avait plané quelques minutes sur le tribunal de Pretoria, quand Gerrie Nel a demandé à Oscar Pistorius s’il était sûr que Reeva n’avait pas crié après le premier coup de feu. Selon des experts, le premier des quatre coups de feu tirés à travers la porte des toilettes a en effet touché la victime à la hanche, lui laissant théoriquement le temps de crier.

Les mâchoires tremblantes, Pistorius s’est rassis, regardant la juge. Après ce qui a semblé une éternité, il a repris la parole pour dire : « J’aurais aimé qu’elle hurle ou crie ». Mais le procureur est vite revenu à la charge : « Auriez-vous entendu ? ». Et l’accusé de répondre : « Je ne crois pas que j’aurais entendu. Il y avait un coup de feu, mes oreilles bourdonnaient. »

Ménageant ses effets, Gerrie Nel a expliqué comment il trouvait « très improbable » l’histoire racontée par Pistorius. Celui-ci dit avoir entendu du bruit dans la salle de bain, cru à l’intrusion d’un cambrioleur, saisi son arme en disant à Reeva d’appeler la police – sans obtenir de réponse. Il affirme y être allé prudemment sur ses moignons, avoir entendu du bruit dans les toilettes, pensé que quelqu’un allait sortir pour l’attaquer, crié à Reeva d’appeler à l’aide – sans obtenir de réponse – et avoir tiré.

Reeva « avait peur de vous »

« Vous ne pouvez pas être vulnérable et aller au danger », a souligné le procureur, faisant référence aux longues explications de l’athlète double amputé, peu mobile sans ses prothèses et craignant toujours pour sa sécurité.

Pourquoi n’avoir pas vérifié où était Reeva ? Pourquoi n’a-t-elle pas répondu pour signaler sa présence quand il lui a crié d’appeler à l’aide ? « Elle n’avait pas peur d’un intrus, elle avait peur de vous ! », a lancé le procureur, qui estime que les deux amants, dont la jeune relation était passablement agitée, s’étaient violemment querellés cette nuit-là.

« Ce n’est pas vrai, Madame », a répondu Pistorius, s’adressant formellement à la juge Thokozile Masipa. « Je ne voulais tuer personne », a-t-il ajouté, soulignant avoir suivi son « instinct ».

Jeuneafrique.com avec AFP

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :