Canada/Crise en Ukraine : six CF-18 sur le point de s’envoler

Ottawa déploiera six avions de chasse CF-18 en Europe de l’Est dans le cadre de sa participation aux opérations de défense des pays membres de l’OTAN dans cette région, en raison de la crise en Ukraine

Avion de chasse CF-18

Avion de chasse CF-18

Six chasseurs canadiens F-18 partent ce matin de la base de Bagotville, au Québec, pour une mission de l’OTAN en Europe de l’Est.

Ce déploiement militaire s’ajoute à une série de nouvelles sanctions économiques imposées lundi contre Moscou par les États-Unis, le Canada et l’Union européenne, au moment où la violence s’accentue dans l’est de l’Ukraine. Les pays occidentaux accusent la Russie de soutenir les séparatistes en Ukraine.

Les six avions de chasse partiront en direction de la Roumanie, où ils participeront à des entraînements avec d’autres pays membres de l’OTAN.

Une cérémonie de départ aura lieu en présence du ministre de la Défense, Rob Nicholson.

La France a elle aussi envoyé lundi quatre avions de combat dans la région. Ils vont participer à des missions de surveillance et à des exercices avec l’armée polonaise.

La Grande-Bretagne a pour sa part déployé des avions de combat en Lituanie pour des missions de surveillance.

Washington a aussi annoncé l’envoi de 600 soldats américains en Pologne et dans les pays baltes.

Nouvelles sanctions

Par ailleurs, la Russie affirme que les nouvelles sanctions annoncées lundi abaissent un nouveau « rideau de fer » et mènent vers une impasse.

« C’est une politique absolument contreproductive […] qui mène dans l’impasse la situation déjà critique en Ukraine », a déclaré un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Grigori Karassine, mardi matin.

Hier, le gouvernement canadien a imposé de nouvelles sanctions contre des compagnies russes et des proches du président Vladimir Poutine, à qui on reproche de vouloir déstabiliser le gouvernement ukrainien.

Les États-Unis ont également décrété de nouvelles sanctions économiques contre 7 responsables russes et à 17 entreprises de l’entourage du président Vladimir Poutine.

De son côté, l’Union européenne (UE) a ajouté les noms de 15 hauts responsables russes à sa liste noire. Cela porte à 48 le nombre de personnes russes ou prorusses visées par l’UE en Ukraine.

Situation tendue

Sur le terrain, la situation est toujours tendue. L’OTAN affirme que les troupes russes sont toujours massées à la frontière ukrainienne, alors que Moscou affirmait hier qu’elles avaient regagné leurs bases permanentes.

Pour sa part, le maire autoproclamé de la ville séparatiste de Slaviansk a déclaré mardi qu’il ne discuterait pas de la libération des observateurs militaires de l’Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE) avec l’Occident tant que l’Union européenne maintiendrait ses sanctions contre des chefs rebelles.

Sept observateurs de l’OSCE demeurent pris en otages à Slaviansk par des miliciens prorusses.

Et le maire prorusse de Kharkiv, Guennadi Kernes, se trouve toujours à l’hôpital après avoir été gravement blessé par balle lundi.

Radio-Canada.ca

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :