RDC: environ 300 morts dans la répression des attaques du 30 décembre

KINSHASA – Environ 300 personnes, surtout civiles, ont été tuées dans la répression des attaques survenues le 30 décembre dans de grandes villes de la République démocratique du Congo, indique le rapport d’une ONG locale réalisé avec le soutien de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH).

Autour de 250 civils et 6 militaires ont été tués dans la province du Katanga (sud-est) et autour de 71 civils sont morts à Kinshasa, a déclaré jeudi Me Sylvain Lumu, secrétaire exécutif de la Ligue des électeurs (LE), une ONG de défense des droits de l’Homme membre de la FIDH.

Le bilan est toujours provisoire parce qu’il y a eu des personnes, selon certains témoignages que nous sommes en train de confronter, (…) qui ont été jetées dans la rivière du Katanga. Il y a [par ailleurs] des personnes qui sont dans les fosses communes, a-t-il ajouté.

Le 30 décembre à Kinshasa, après une prise d’otages à la télévision publique, des tirs ont résonné à l’aéroport international de Ndjili et à l’état-major général. A Lubumbashi et Kolwezi, dans le Katanga, (sud-est), des tirs ont aussi été entendus. A Kindu, dans le Maniema (est), l’aéroport a été ciblé.

Selon le gouvernement, le bilan définitif de cette offensive terroriste était de 103 morts, dont 95 terroristes assaillants et 8 soldats. Officiellement, aucune victime civile n’était mentionnée parmi les victimes recensées.

Des assaillants se sont clairement revendiqués comme étant des adeptes du pasteur Joseph Mukungubila Mutombo, qui se surnomme prophète de l’Eternel et qui a été candidat à la présidentielle de 2006 remportée par l’actuel chef de l’Etat, Joseph Kabila.

Chef du Ministère de la restauration à partir de l’Afrique noire (MRAN) et très hostile à M. Kabila, il est actuellement en exil en Afrique du Sud.

Le 15 mai, les autorités sud-africaines l’ont détenu pendant quelques heures dans le cadre d’un mandat d’arrêt délivré par Interpol après une plainte du gouvernement congolais, avait expliqué à l’AFP ajouté l’avocat du pasteur.

M. Mukungubila est accusé de meurtre, agression intentionnelle avec circonstances aggravantes, destruction volontaire, détention arbitraire et illégale, sans précision ou rappel des faits auxquels se rattachent ces poursuites, a indiqué l’avocat.

Il a de nouveau rendez-vous avec le juge le 15 juillet.

Romandie.com avec(©AFP / 22 mai 2014 15h14)

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :