Congo/le triple meurtre de Pointe-Noire : La police a réussi à mettre la main sur deux présumés assassins

Mabengui-Mabengui Ndosso Jean-Richard, l’impitoyable «boucher» qui ne laisse même pas les bébés en vie.

Mabengui-Mabengui Ndosso Jean-Richard, l’impitoyable «boucher» qui ne laisse même pas les bébés en vie.

Les lecteurs se souviennent de l’information donnée dans la rubrique «Coup d’œil en biais», (édition du vendredi 8 et du mardi 12 août dernier), relative à l’assassinat effroyable, à l’arme blanche (machette), avec mutilation des corps, dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 août dernier), de trois personnes, au quartier Socoprise, proche de l’aéroport, dans l’arrondissement 1 Lumumba, à Pointe-Noire. La police a fini par retrouver les deux présumés assassins de cet horrible triple meurtre.

Il s’agit de Miyalou-Nkaya Guy et Mabengui-Mabengui Ndosso Jean-Richard, interpellés par la police, le mardi 19 août 2014, au quartier Mpaka-Ngoyo, dans le sixième arrondissement Ngoyo. La direction départementale de la police les a présentés à la presse, mercredi 20 août dernier et procédé à la reconstitution des faits.

Les trois victimes sont: Mouandza Taliane, ingénieur à la société Total E&P Congo, Ngoma et un nourrisson. Ils avaient été tués au domicile même de Mouandza Taliane, au quartier Socoprise et c’est le cousin de ce dernier qui est le commanditaire de cet assassin, Miyalou-Nkaya Guy, et l’exécutant, l’ancien chauffeur de l’ingénieur, Mabengui-Mabengui Ndosso Jean-Richard. Les trois victimes ont été inhumées, le jeudi 14 août, après une messe de requiem à la cathédrale. La quatrième victime, la maman du nourrisson, n’était pas, au fait, décédée, mais horriblement blessée. Elle est toujours hospitalisée. Elle était donnée pour morte, juste pour des raisons de sécurité, au moment où la police recherchait encore les présumés assassins.

La reconstitution des faits sur le lieu du crime a ressemblé à un film hollywoodien, au regard de la méthode machiavélique mise en exécution par les meurtriers, avec des séquences bien explicites, soutenues par Mabengui-Mabengui, l’acteur principal. Selon les premières sources policières, l’enquête a révélé que c’est une affaire de famille fomentée par son cousin Miyalou-Nkaya Guy, gérant du taxi de l’ingénieur Mouandza Taliane. N’étant pas satisfait de la manière dont son cousin gérait le taxi, l’ingénieur avait récupéré son bien. D’où la colère de Guy, qui a cherché à se venger.

Interrogé sur ce triple crime, Gaëtan Victor Oborabassi, directeur départemental de la police de Pointe-Noire et du Kouilou, a reconnu que «cet assassinat a plongé les populations de la ville océane dans un émoi et une anxiété sans précédent, car beaucoup de choses ont été dites sur les causes et les motivations réelles de cet ignoble et crapuleux acte criminel, et que des présumés coupables demeuraient énigmatiques. L’instrument utilisé pour perpétrer le crime était la machette. Les vêtements imbibés de sang et quelques effets de l’une des personnes mortes ont été aussi retrouvés lors de la perquisition». Il a saisi de cette occasion pour féliciter la bravoure, le calme et la sérénité avec lesquels les services de police ont travaillé, afin de mettre la main sur ces présumés criminels.

Le procureur de la République, David Osseké, a rassuré la population que «la loi sera appliquée de façon scrupuleuse. Deux suspects ont été interpelés et, ce matin, il vient de se dérouler la reconstitution des faits, au domicile des victimes. Nous voulons donc rassurer la population tant de Pointe-Noire que du Congo, que justice sera faite. L’enquête va se poursuivre. Un des suspects a avoué totalement les faits, un autre a voué partiellement. Ce qui fait donc que la police va poursuivre son enquête, pour éclairer, définitivement, cette affaire, afin que tous ceux qui sont impliqués soient déférés devant le parquet. Nous voulons rassurer le monde que rien de tout ce qui a été dit dans la rue n’est vrai. La seule vérité viendra du verdict de la justice qui ne saurait tarder», a-t-il déclaré. «Tuez-les! Tuez-les!», s’est exprimée la population, partout où le cortège policier est passé avec les deux présumés meurtriers. Affaire à suivre.

Lasemaineafricaine.net par Equateur Denis NGUIMBI

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :