Congo/ Débat constitutionnel : Le parti de Purhence Etoula dit non au changement de constitution

 Purhence Etoula Pominoko.


Purhence Etoula Pominoko.

L’assemblée générale élective de la fédération M.c.u de Pointe-Noire s’est tenue, dimanche 24 août 2014, dans la grande salle du Forum Mbongui, à Pointe-Noire. Sous le patronage de Purhence Etoula Pominoko, président national dudit parti. C’était en présence du secrétaire général du M.c.u, Jean-Félix Bazedibio, des cadres, militants et sympathisants du parti. A l’issue des travaux, un bureau exécutif fédéral de quinze membres, présidé par Luison Wilfrid Youndoula, et une commission de contrôle et d’évaluation de cinq membres, dirigée par Joseph Ontsiéré, ont été mis en place.

Le parti s’est prononcé pour le non au changement de la constitution. Une motion de soutien a été adressée au bureau exécutif national du M.c.u et à son président, pour «maintenir cette flamme jusqu’à la victoire totale».

L’assemblée générale élective, qui a regroupé quatre cents participants venus de tous les arrondissements de la capitale économique, avait un grand enjeu politique majeur, si l’on s’en tient à la mobilisation des militants et au choix des cadres devant animer les instances fédérales du M.c.u à Pointe-Noire, qui sont décidées de faire de bons résultats aux élections locales du 28 septembre 2014. Ainsi donc, Luison Wilfrid Youndoula Paulaghuet, élu par acclamation président du bureau exécutif fédéral, est secondé par Charles Ndinga-Okemba, qui en est le vice-président. Tandis que Gustave Opendza et Aimé Mobonda assurent, respectivement, les fonctions de secrétaire général et de secrétaire chargé à la communication du bureau exécutif fédéral. La fédération M.c.u de Pointe-Noire a donné sa position par rapport au débat constitutionnel.

L’assemblée générale a lancé un appel aux «compatriotes» du M.c.u Pointe-Noire sur les problèmes politiques d’actualités dans notre pays, dans lequel le M.c.u confirme sa position au débat actuel pour édifier l’opinion: «Après un débat fructueux, sur l’actualité politique de notre pays. Nous compatriotes du Mouvement Congo uni de la ville de Pointe-Noire présents à cette auguste assemblée générale élective, disons «non», ni au changement de la constitution, ni à l’organisation d’un référendum sans fondement». Ils interpellent tous les dirigeants institutionnels de «mettre en application l’adage du mbongui qui dit: «Malgré les embuches, le chef de village ne voit pas le diable».

Dans son mot d’ouverture de l’assemblée, le président national du M.c.u a exhorté les participants à plus de responsabilité. «Le crédo de notre parti reposant sur les vertus d’unité, de justice et de solidarité, socle indéniable de paix durable pour tout le peuple congolais nous nous devons dans l’abord des sujets sensibles de notre pays, privilégier les intérêts généraux au détriment de toute attitude qui ne vise qu’à satisfaire l’égo et les intérêts partisans», a-t-il indiqué. Il les a appelés aussi à plus de maturité dans la participation au débat relatif au changement ou non de la Constitution du 20 janvier 2002. «A cet effet, je puis vous rappeler qu’il ne doit y avoir aucune gêne à cela. Ce n’est pas un sujet exclusif à une catégorie donnée de congolais, mais plutôt un débat républicain qui doit intéresser tout congolais dont l’appartenance à la nation congolaise n’est ni moins, ni plus qu’une évidence», a-t-il dit.

Lasemaineafricaine.net par Pascal-Azad DOKO

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :