Faits divers d’assassinat à Nkayi et d’agressioon à Brazzaville au Congo

 

Le muezzin de la mosquée de Nkayi sauvagement assassiné !

Un commerçant malien, qui est aussi le muezzin de la mosquée de Nkayi, la quatrième ville du pays, a été sauvagement abattu à son domicile, dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 septembre 2014. Il habitait le quartier 5 de l’arrondissement de la ville sucrière.

Les malfrats ont fait irruption dans sa maison, qui ressemble, pourtant, à un bunker. Armés, ils l’ont assassiné devant sa femme, restée impuissante. Celle-ci n’a eu la vie sauve que grâce au silence qu’elle a observé pendant l’exécution de son mari. Les bandits ont disparu dans la nature. On ne sait pas s’ils ont emporté de l’argent ou pas. L’émotion frappe la population de Nkayi, car la victime résidait dans cette ville depuis quarante ans. On ignore les raisons de ce crime: règlement de comptes ou crime crapuleux?

Le préfet de la Bouenza a réuni la force publique (armée, police et gendarmerie), ainsi que le corps judiciaire, et leur a demandé de mettre la main sur les criminels qui courent encore. On ignore les raisons de ce crime.

Un ressortissant centrafricain agresse un policier et un chauffeur à Brazzaville

Dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 septembre dernier, un ressortissant centrafricain, vêtu de gros boubou, selon Radio-Congo, et muni d’un couteau bien aiguisé, a blessé un policier au commissariat de police de Ngamakosso, à Talangaï, le sixième arrondissement de la ville-capitale. Il pourchassait un jeune homme qui s’est réfugié dans l’enceinte dudit commissariat.

Le policier agressé était resté seul au poste, ses collègues se trouvant en  patrouille. Il a tenté de s’interposer, quand le Centrafricain s’est retourné contre lui.

Dieu merci, un détenu a défoncé la porte de sa cellule et l’a sauvé.

En prenant la fuite, l’agresseur a pris à partie, vers 3h du matin, un chauffeur ayant garé son véhicule dans un parking privé. Heureusement, il a été maîtrisé par le gardien du parking et remis à la police, qui l’a transféré au commissariat central de police de la Tsiémé, appelé, couramment, Kibéliba. Il paraît que le bandit a argué que le véhicule lui appartient.

Lasemaineafricaine.net

Étiquettes : ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :