Porochenko entrevoit la fin de la guerre et prépare l’Ukraine pour l’UE

Kiev – Le président ukrainien Petro Porochenko a estimé jeudi que le pire de la guerre était passé et que son plan de paix allait fonctionner en présentant son programme économique visant à préparer la candidature d’ici 2020 de l’Ukraine à l’entrée dans l’Union européenne.

Parallèlement, il a ordonné la fermeture des frontières de l’Ukraine avec la Russie, une mesure aux effets limités, l’armée ukrainienne n’ayant pas accès à des centaines de kilomètres de frontière sous contrôle de la rébellion.

Lors de sa première grande conférence de presse depuis son élection fin mai, le milliardaire et ancien magnat du chocolat a présenté une stratégie 2020 visant à mettre son pays en capacité d’adhérer à l’UE via 60 réformes économiques et sociales.

L’orientation pro-européenne de l’Ukraine est à l’origine d’un bras de fer avec la Russie, qui soutient les séparatistes pro-russes en guerre avec Kiev dans l’est du pays.

Les combats ont fait plus de 3.200 morts depuis avril, mais la trêve négociée à Minsk le 5 septembre entre l’Ukraine, les rebelles et la Russie, semble globalement respectée. Pour la première fois, aucun militaire ou civil n’a été tué durant les dernières 24 heures sur la ligne de front, a indiqué jeudi l’armée ukrainienne.

Je n’ai aucun doute sur le fait que la partie principale et la plus dangereuse de la guerre est déjà passée, grâce à l’héroïsme des soldats ukrainiens, a déclaré M. Porochenko.

– Plan de paix dans l’impasse –

Le président ukrainien a également assuré n’avoir aucun doute sur le fait que son plan de paix allait fonctionner, malgré le refus des rebelles d’accepter ses offres de paix.

Le parlement de Kiev avait adopté la semaine dernière à l’initiative de M. Porochenko le principe d’un statut spécial garantissant une plus grande autonomie aux régions séparatistes prorusses, des élections le 7 décembre et une amnistie sous conditions pour les combattants.

Mais les indépendantistes ont rejeté cette offre, prévoyant d’organiser leurs propres élections présidentielle et législative le 2 novembre, une semaine après les législatives prévues dans l’ensemble de l’Ukraine le 26 octobre.

M. Porochenko a dit espérer que Moscou ne reconnaitrait pas les scrutins que comptent organiser les séparatistes.

Il a également signé jeudi un décret ordonnant la fermeture de ses 2.000 km de frontière terrestre avec la Russie. Le décret vise à empêcher des agents subversifs russes de pénétrer sur le territoire ukrainien en voiture, y compris par les zones tenues par des garde-frontières ukrainiens, selon un haut responsable des services de sécurité ukrainiens.

Mais si la fermeture des frontières vise, selon Kiev, à endiguer le flux d’armes et d’hommes venant de Russie, son effet ne peut être que limité, la rébellion prorusse contrôlant une partie – quelques centaines de km – des 2.000 km de frontière terrestre entre la Russie et l’Ukraine.

– Marche vers l’Otan –

Quant au principe d’une entrée de l’Ukraine dans l’Union européenne, personne ne l’évoque sérieusement à Bruxelles, alors que l’idée d’une entrée de la Turquie fait débat et que l’UE achève à peine de digérer l’arrivée des pays d’Europe centrale.

Et, pas de plus vers les Occidentaux, M. Porochenko a demandé au gouvernement de renoncer officiellement au statut de non-aligné de cette ex-république soviétique, mesure ouvrant la voie à son entrée à terme dans l’Otan.

L’Ukraine a ratifié la semaine dernière son accord d’association avec l’Union européenne, au grand dam de Moscou qui dit craindre pour ses relations commerciales historiques avec l’ancienne république soviétique. Kiev a cependant repoussé à fin 2015 l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange avec Bruxelles, visiblement afin d’apaiser Moscou.

Dans le conflit gazier, Ukrainiens, Russes et Européens doivent se retrouver vendredi à Berlin.

Les Européens craignent l’approche de l’hiver en raison des éventuelles répercussions de la guerre du gaz que se livrent Moscou et Kiev.

Moscou a suspendu en juin ses livraisons de gaz à l’Ukraine, Kiev refusant le prix plus élevé – 485,5 dollars les 1.000 m3 – imposé par la Russie à la suite de la destitution du président prorusse Viktor Ianoukovitch.

Bruxelles tente de promouvoir une solution provisoire où l’Ukraine paierait un prix différent en hiver et en été.

Romandie.com avec(©AFP / 25 septembre 2014 15h06)

Étiquettes : ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :