Valérie Trierweiler entame sa tournée au Royaume-Uni par une interview au Times

Les vacheries de Valé­rie

Les vacheries de Valé­rie au Royaume-Uni!

Londres – Valérie Trierweiler, l’ex-compagne de François Hollande, a entamé la tournée promotionnelle de son best-seller au Royaume-Uni avec une interview samedi au Times Magazine dans laquelle elle revient sur son histoire avec le président français.

L’auteure, qui s’est gardée d’accorder la moindre interview en France, a donné un entretien exclusif au Times, qui doit être suivi par deux autres à la BBC dimanche et lundi. Elle est présentée à la Une du magazine sous ce titre: Valérie Trierweiler: sexe, secrets et mensonges présidentiels.

Dans cette interview fleuve réalisée à Paris, dans un hôtel discret juste à côté de la Place des Vosges, elle revient sur sa passion avec François Hollande et le moment où elle découvre la liaison de son compagnon avec l’actrice Julie Gayet.

Vous êtes marié? Imaginez-vous votre femme dans les bras d’un autre homme? Essayez de l’imaginer, lance-t-elle à l’interviewer qui la décrit comme une belle femme, alerte, puis un peu plus loin inquiète mais calme.

Merci pour ce moment sort la semaine prochaine en anglais sous le titre: Thank You For This Moment: A story of Love, Power and Betrayal (Merci pour ce moment: une histoire d’amour, de pouvoir et de trahison).

C’est l’une des douze traductions prévues, dont le russe et l’italien mais aussi le chinois et l’albanais du brûlot, qui figure au top des ventes en France.

Valérie Trierweiler effectue à Londres sa première vraie tournée de promotion avec quelques séances de dédicace au programme. Son livre promet de rencontrer un large public au Royaume-Uni, si l’on en juge par l’intérêt soutenu des médias britanniques pour les déboires du couple présidentiel français.

Il est important que ce soit un best-seller, pas pour des raisons financières mais parce que tous ceux qui l’ont lu me disent: maintenant nous comprenons ce que vous avez traversé, maintenant nous comprenons qui vous êtes, explique-t-elle au Times.

J’ai laissé mes larmes guider mon écriture. J’ai commencé avec les scènes qui furent les plus douloureuses pour moi. Après, j’ai mis beaucoup de temps à m’y remettre et je n’étais même pas sûre de pouvoir y arriver, ajoute-t-elle.

Lorsqu’elle découvre la liaison de François Hollande avec Julie Gayet, son premier réflexe a été de sauver leur relation. A cet instant, je suis toujours amoureuse et ne peux imaginer vivre sans lui. J’ai tenté de comprendre. Puis ce fut le choc. La colère est venue plus tard, dit-elle.

Depuis la rupture, elle dit se sentir espionnée par l’Elysée et le président. François Hollande lui aurait ainsi envoyé des bouquets de fleurs dans des hôtels au Maroc et aux États-Unis.

Elle dit ne pas savoir comment il a fait pour la trouver, mais qu’il a eu recours à certaines méthodes. Il m’a dit: je saurais toujours te trouver, ajoute-t-elle.

Elle répète aussi que le président l’a bombardée de textos et d’e-mails pendant le printemps et l’été pour la supplier de revenir.

Le Times, qui n’hésite pas à parler du best-seller le plus explosif de l’histoire de l’édition française, fait également grand cas de son admission à l’hôpital, lorsque le président lui a avoué sa liaison avec Julie Gayet.

Valérie Trierweiler est convaincue qu’on lui a administré un supplément de sédatifs pour l’empêcher d’accompagner le président à Tulle. C’est le médecin lui-même qui me l’a dit le lendemain, assure-t-elle.

Romandie.com avec(©AFP / 22 novembre 2014 13h33)

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :