Vatican: le pape remplace le commandant de la Garde suisse

Le commandant de la Garde suisse pontificale, Daniel Rudolf Anrig, quittera son poste à la fin janvier. Le souverain pontife devra désigner le successeur de ce St-Gallois accusé, selon les médias, d’être trop autoritaire.

Le départ de M. Anrig a été annoncé en deux lignes en première page de « L’Osservatore Romano » mercredi. « Le Saint-Père a disposé que le colonel Daniel Rudolf Anrig, commandant du corps de la Garde suisse pontificale, terminera son service le 31 janvier 2015, au terme de la prolongation accordée après la fin de son mandat quinquennal », écrit le quotidien du Vatican, sans nommer son successeur.

Le St-Gallois avait été nommé en 2008 par le pape Benoît XVI, en remplacement d’Elmar Mäder, un autre St-Gallois. Son départ a été annoncé alors que les évêques suisses se trouvent actuellement en visite « ad limina » à Rome, ce qui n’est pas une coïncidence, selon des vaticanistes.

Trop sévère
Selon des informations du quotidien « Il Messaggero » et de l’agence spécialisée sur le Vatican I.MEDIA, Daniel Anrig, 42 ans, était jugé trop sévère par certains gardes. Les 120 membres de « la plus petite armée du monde » auraient ainsi été astreints à effectuer de longs tours de garde.

Daniel Rudolf Anrig aurait également introduit l’usage d’une tenue de gala pour les officiers, fait effectuer de longs travaux pour un grand appartement et congédié des hommes au terme de 20 années de service. « C’est la fin d’une dictature », a confié un garde à I.MEDIA à l’annonce du départ de M. Anrig.

L’officier devrait être remplacé par l’actuel vice-commandant Christoph Graf, à la réputation plus débonnaire. Entré il y a 27 ans dans la Garde suisse comme simple hallebardier, ce Lucernois pourrait traiter les gardes de manière « plus paternelle », selon le « Messaggero ».

Rupture du protocole
La décision du pape serait également liée à sa volonté de donner une connotation « moins militaire » à la Garde suisse, ont indiqué des sources vaticanes citées par l’agence italienne ANSA.

François s’est intéressé aux gardes suisses, quand ils étaient de faction devant la résidence Sainte-Marthe, où il habite. Il leur a posé des questions, offert de l’eau et même une fois un siège, serré la main à l’un ou l’autre, en rupture totale du protocole. C’est sans doute ainsi qu’il a perçu un mécontentement diffus à l’égard du colonel en chef.

En mai, François avait reçu les gardes suisses en audience, à l’occasion de la prestation de serment des nouvelles recrues. « Vous êtes appelés à donner un témoignage chrétien, serein et joyeux. Ce n’est pas l’uniforme mais celui qui l’endosse qui doit toucher les autres par la gentillesse, par l’esprit d’accueil », leur avait-il alors lancé.

Romandie.com

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :