Congo: Les raisons du refus du CAP de Jean Itadi suite à l’invitation du CSCPRC de Marius Mouabenga

COMMUNIQUE DU CAP

Le CAP a été invité par le Comité de Suivi de la Convention pour la Paix et la Reconstruction du Congo, en vue d’un entretien relatif au changement ou non de la constitution du 20 janvier 2002 et au dialogue.

CONGRES AFRICAIN POUR LE PROGRÈS

PRESIDENCE

——————

COMITE PERMANENT

Par la lettre no 36/PR/CSCPRC/CG/CAB du 27 février 2015, le CAP a été invite par le Comité de Suivi de la Convention pour la Paix et la Reconstruction du Congo, en vue d’un entretien relative au changement ou non de la Constitution du 20 janvier 2002 et au dialogue.

Le Comité de Suivi de la Convention pour la Paix et la Reconstruction du Congo a été mis en place au lendemain d’un dialogue non inclusif abusivement dit « dialogue national sans exclusive » tenu à Brazzaville en 2001.

C’était, pensions-nous, pour veiller à la paix et préserver l’unité et la cohésion nationales. Voici donc 14 ans depuis que votre Comité a été mis en place.  Pourrions-nous faire son bilan aux plans de la paix, de l’unité et de la cohésion nationale ?

En tout cas, nous avons été étonnés de l’initiative de ce Comité à discuter avec nous du changement ou non de la constitution et du dialogue national inclusif.

Nous avons répondu à cette initiative par simple civilité, car nous considérons que ce Comité n’ a aucune compétence pour discuter avec les partis politiques qui ont dit NON au changement de la constitution, donc NON à un troisième mandat du Président D. Sassou Nguesso et ont exigé la convocation d’un dialogue national en vue de revoir fondamentalement la gouvernance électorale dans notre pays.

La position du CAP est donc bien connue par vous

– Nous sommes contre le changement de la constitution,

– Nous exigeons sans délai la convocation du dialogue, non pas pour discuter du changement ou non de la constitution, débat inopportun selon nous, mais de reformes sur la gouvernance électorale.

Nous n’avons en réalité rien à discuter avec votre Comité. Nous allons simplement profiter de cette occasion que vous nous donnez pour vous poser trois questions:

  1. Le Comité pense-t-il que le changement de la constitution par le Président D. Sassou Nguesso n’est-il pas un acte d’incivisme, de trahison du serment, et une forfaiture qui pourraient troubler l’ordre public et mettre la paix en péril ? Le meilleur moyen d’éviter les troubles et la guerre ne consiste-t-il pas précisément à respecter l’ordre constitutionnel et les lois de la République ?
  2. Le Comité, pense-t-il que le dialogue que nous appelons de tous nos vœux en vue de régler la question  électorale dans notre pays est une mauvaise chose? Croit-il que les élections se passent si bien dans notre pays qu’il n’est pas nécessaire d’en parler dans l’intérêt de la paix?
  3. N’est-ce pas que c’est avec le Président D. Sassou Nguesso que votre comité devrait discuter pour l’amener à comprendre qu’après 32 ans de présidence de notre pays, il lui faut aider son pays à préparer proprement l’alternance   démocratique en 2016, dans la paix, dans la quiétude et dans la confiance mutuelle? Au lieu de cela, il procède malheureusement par la manipulation, l’intimidation, l’achat des consciences, l’intrigue pour ensuite prétendre que c’est le peuple congolais souverain qui demande le changement de la Constitution. Le peuple congolais, nous le savons tous, n’a rien demandé de tel. Arrêtons donc d’amuser la galerie.

Pour le CAP, depuis la création, et malgré les missions qui lui sont dévolues, votre Comité n’a donc  pas répondu à ce que tout le monde attendait après ces guerres atroces qui ont profondément meurtri notre pays:

–  Rien n’a été fait pour une véritable réconciliation nationale;

–  Les réparations des méfaits de la guerre ont été effectuées de manière sélective;

–  Les injustices de tous genres sont monnaie courante: il y a aujourd’hui dans notre pays des citoyens de première  zone  et des citoyens de deuxième zone, c’est à dire des sous citoyens congolais;

–  Les inégalités sociales actuelles accentuent la division du pays et constituent un risqué d’implosion due à la mauvaise répartition de la richesse nationale;

–  La volonté d’accaparement du pouvoir, de puissance et de mise en œuvre d’une dynastie en République, est  une dérive totalitaire inacceptable.

Autant de situations qui menacent gravement la paix et qui auraient dû préoccuper votre Comité.

Au regard de ce qui précède, le CAP ne juge pas utile d’exposer devant vous son approche du dialogue et encore moins s’expliquer sur son NON au changement de la Constitution. Le CAP considère que devant l’importance des enjeux et la gravité de la situation politique du moment, l’interlocuteur de l’Opposition c’est le Président de la République lui-même et son gouvernement. Ici encore, le Comité n’a pas vu comment le Président D. Sassou Nguesso a toujours montré son indifférence à l’égard de l’Opposition de son pays en refusant viscéralement de parler avec elle, lui dont on dit qu’il se dépense sans compter dans la résolution des conflits qui ont lieu en Afrique, comment il l’a toujours méprisée, la considérant comme une quantité négligeable:  » Le chien aboie, la caravane passe ». Telle est restée sa règle. Que pense votre Comité d’une telle attitude de la part du Président de la République?

Au sujet du changement de la Constitution, nous espérons que votre Comité est conscient de la gravité de la situation et des risques que le Président D. Sassou Nguesso prendrait en voulant sauter et opérer un passage en force. Le CAP s’opposera énergiquement a toute idée de Référendum en vue de changer de Constitution, Référendum qu’il gagnerait forcément grâce à son système électoral vicié et inique.

Quant au dialogue, il est nécessaire parce que c’est le seul moyen, selon le CAP, d’aller vers une alternance apaisée. Pour nous, il n’est pas du tout question d’aller à l’élection présidentielle de 2016 avant d’avoir réglé la brulante question de la gouvernance électorale.

Pour conclure, nous conseillons à votre Comité, qui par ailleurs est rattaché à la Présidence de la République, de faire entendre raison au Président de la République, en lui montrant les risques pour lui d’aller à contre-courant de l’histoire.

Fait à Brazzaville, le 17 Mars 2015

Pour la direction du CAP

Le Président

Jean Itadi

Étiquettes : , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :