Elections départementales: la droite triomphe, la gauche est sonnée

Le Premier ministre Manuel Valls lors de son discours après l'annonce des estimations du second tour des élections départementales, le 29 mars 2015.REUTERS/Philippe Wojazer

Le Premier ministre Manuel Valls lors de son discours après l’annonce des estimations du second tour des élections départementales, le 29 mars 2015.REUTERS/Philippe Wojazer

Manuel Valls reconnaît la défaite de la gauche, alors qu’à droite, le chef de l’UMP, Nicolas Sarkozy, salue la nette victoire de sa famille politique. Marine Le Pen, pour sa part, s’est dit satisfaite de son ancrage dans les localités. Mais les uns comme les autres pensent déjà à la prochaine bataille.

Le Premier ministre Manuel Valls a reconnu un « net recul » de la gauche, « trop dispersée ». Il a également reconnu la victoire de la « droite républicaine » en déplorant un « score beaucoup trop élevé pour l’extrême-droite ». C’est un « bouleversement durable du paysage politique », admet-il. Pour autant, il n’est pas question de remaniement majeur. Le président de la République a demandé au gouvernement de garder le cap. Alors que c’est précisément un changement de cap que réclament les frondeurs. Ils étaient nombreux ce soir au siège du parti. Le tête-à-tête entre l’exécutif et les contestataires a donc repris.

A l’heure même où le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, appelle à l’union. Il a appelé « les formations de gauche au dialogue, à la mise à plat des divergences ». Mais la tâche s’annonce difficile alors que, pour les frondeurs, ce ne sont que des mots, pas des actes, en ce soir de défaite électorale. Une défaite, oui, mais pas de « débâcle » précise Jean-Christophe Cambadélis.

La droite songe déjà à « l’alternance »

C’est un « désav

Les militants UMP, ravis après l’annonce des résultats 29/03/2015 – par Léa Ticlette écouter

eu sans appel » du gouvernement et de sa politique, pour le président de l’UMP Nicolas Sarkozy. Il évoque un « succès historique de la droite », en insistant sur le nombre de départements remportés par la droite. Pour le leader de l’opposition, « l’alternance est en marche ». Car au siège de l’UMP, on se félicite bien sûr de cette victoire incontestable mais on songe aussi à la suite, notamment aux régionales en fin d’année. Un long chemin attend néanmoins l’opposition : définir un programme, organiser les primaires et surtout éviter le combat de chefs.

Mais en ce soir de victoire, pas de fausse note bien évidemment. Les autres figures du parti ont pareillement salué la performance de la droite. Alain Juppé, lui, s’est félicité de la « victoire de la stratégie d’alliance UMP-UDI-Modem ». Et même son de cloche chez François Fillon, qui salue « un grand succès ». Mais pour le président du Modem François Bayrou, c’est avant tout un « vote sanction », pas encore un vote d’adhésion.

Le FN, « seul mouvement d’opposition »

Marine Le Pen considère que le PS sort « laminé » par ce scrutin, et que les résultats de son parti sont « exceptionnels un peu partout ». Des résultats qui sont, pour la cheffe de l’extrême-droite, une « étape vers l’arrivée du Front national au pouvoir ». Car elle s’estime aujourd’hui à la tête du « seul mouvement d’opposition face à l’UMPS ». Elle n’a cependant pas demandé la démission du Premier ministre, classant ce dernier parmi les « politiciens médiocres accrochés au pouvoir ».

Reste que c’est un demi-échec pour le Front national qui échoue à transformer en victoire les 25% de voix obtenues au premier tour. Il ne remporte aucun département, pas même le Vaucluse qu’il en avait en ligne de mire. Le parti d’extrême-droite renforce néanmoins son maillage territorial avec plusieurs dizaines d’élus départementaux. Un ancrage important pour les futures régionales.

Jean-Luc Mélenchon, du Front de gauche, voit dans le résultat une menace, la menace d’une « dislocation » pour le pays et souhaite une « nouvelle alliance populaire » à gauche. Le dirigeant du Parti communiste, Pierre Laurent estime que François Hollande et Manuel Valls ont une « grande responsabilité » dans le recul de la gauche.

Rfi.fr

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :