Eliza­beth II : sous payés, des employés du château de Wind­sor menacent de faire grève

Eliza­beth II

Eliza­beth II

Ça barde au château !

Etre mal payés, passe encore. Mais quand on leur demande de faire du travail supplé­men­taire sans rallonge, les employés de la Reine fulminent. Cons­ter­nés par leurs fiches de paie, les travailleurs du château de Wind­sor menacent de faire grève.

Révo­lu­tion au château de Wind­sor ! Pour la toute première fois, des employés de Sa Majesté menacent de faire grève. Comme le rapporte le Tele­graph, des travailleurs basés à la rési­dence offi­cielle d’Eli­za­beth II estiment qu’on ne les paye pas assez. Ces derniers, qui ne s’oc­cupent pas de la famille royale mais de l’en­tre­tien de la bâtisse, ont des raisons d’être en colère : si certains s’en sortent plutôt bien, d’autres touchent seule­ment 14 400 livres par an (envi­ron 19 650 euros). Une somme qui se situe en dessous du salaire mini­mum au Royaume-Uni, mais dont ces employés très dévoués avaient appris à se conten­ter. Mais il ne faut pas pous­ser le bouchon trop loin : selon le syndi­cat Public and Commer­cial Services (auquel sont affi­liés 120 des 200 sala­riés du château), le person­nel de Wind­sor doit égale­ment effec­tuer des travaux supplé­men­taires, pour le même salaire.

En plus de leurs tâches habi­tuelles, les employés ont égale­ment pour mission d’ac­cueillir les visi­teurs (le château de Wind­sor se visite : près d’1,1 million de touristes s’y pressent chaque année) et de leur faire visi­ter les lieux. « C’est scan­da­leux, conster­nant que les membres du person­nel soient aussi mal payés, tempête Mark Serwotka, le secré­taire géné­ral du syndi­cat du PCS. On les fait travailler gratui­te­ment pour que la famille royale gagne de l’argent. »

Si les employés de Wind­sor ne s’étaient pas plaints jusqu’ici, c’est parce qu’ils pensaient qu’on leur paie­rait ce travail supplé­men­taire. « Ils ont accepté un salaire insa­tis­fai­sant en 2014, à condi­tion que ses allo­ca­tions supplé­men­taires soient prises en compte cette année, explique Mark Serwotka au Tele­graph. Mais les offi­ciels ont encore refusé de récom­pen­ser le person­nel pour sa bonne volonté et de le payer pour ce travail. » Le syndi­cat doit se réunir ce 31 mars pour une première cession, puis le 14 avril, pour voter un appel à la grève. Si c’est le cas, celle-ci devrait avoir lieu d’ici fin avril. Mais la Royal Collec­tion Trust, la société qui emploie les travailleurs mécon­tents, ne se fait pas vrai­ment de souci : « Nous n’avons pas prévu de modi­fier ou d’in­ter­rompre le plan­ning des visites du château », a-t-elle annoncé dans un commu­niqué. Même pas peur, donc.

Voici.fr par Mathias Alcaraz

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :