Sophie Davant : sa fille Valen­tine est deve­nue anorexique suite à son divorce avec Pierre Sled

Les confessions de Sophie Davant

Les confessions de Sophie Davant

« Elle fuyait tous les repas »

Sophie Davant n’a jamais caché que son divorce avait été une période diffi­cile à traver­ser. Aujourd’­hui, l’ani­ma­trice révèle que sa fille Valen­tine a égale­ment beau­coup souf­fert de cette rupture, jusqu’à ne plus vouloir se nour­rir…

Sophie Davant et Pierre Sled ont divorcé en 2012. La suite logique d’une sépa­ra­tion surve­nue « après vingt-trois ans d’une rela­­tion complice », comme l’ex­pliquait récem­ment l’ani­ma­trice : « Ce n’était pas une déci­­sion facile. On en était à un point où l’on s’em­­pê­­chait de s’épa­­nouir mutuel­­le­­ment. »

Le couple a décidé de prendre des chemins diffé­rents. « Nous étions sur deux routes paral­­lèles et nous n’ar­­ri­­vions plus à retrou­­ver un moteur pour se retrou­­ver sur la même route avec des projets communs, confiait-elle. Quand il n’y a plus le moteur, plus de projets communs et que les enfants sont sur le point de prendre leur auto­­no­­mie, on se pose la ques­­tion. »

Sophie Davant ne le cache pas, une rencontre l’a aidée à se déci­der à partir. « Cela peut vous permettre d’avoir le déclic et d’al­­ler au bout de votre choix, explique-t-elle. C’est ce qui m’est arrivé. Je n’en dirai pas plus. Mais je reste persua­dée que quand on fait ce choix, il vaut mieux partir pour soi et pas pour un autre. Il y a une période de deuil par rapport à une rela­­tion aussi longue. Et il vaut mieux vivre ce deuil seul. »

Dans une inter­view accor­dée au Pari­sien, Sophie Davant a égale­ment expliqué combien cette rupture avait affecté leur fille Valen­tine, alors lycéenne en termi­nale. « Elle a ressenti le besoin de tout contrô­ler, se souvient l’anima­trice, ses notes comme sa nour­ri­ture. »

Résul­tat, la jeune fille cartonne à l’école, mais tombe malade. « Si elle a eu son bac ES avec mention très bien, elle nous a inquié­tés en tombant dans l’anorexie jusqu’à deve­nir très affai­blie, confie Sophie Davant. Elle fuyait tous les repas, et cela a été une période diffi­cile. »

Aujourd’­hui, Valen­tine et son frère Nico­las sont sur le point de quit­ter la maison pour faire leur propre expé­rience, une pers­pec­tive qui n’inquiète pas plus que ça Sophie Davant. « A mon grand éton­ne­ment, j’ai parfois envie qu’ils aillent vivre ailleurs, explique-t-elle, car j’ai suffi­sam­ment confiance en la qualité de nos échanges. Autour d’un bon repas en famille. » Signe que tout va désor­mais mieux…

Voici.fr par Perrine Stenger

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :