Congo: Serge Blanchard Oba, membre de la majorité présidentielle, torpille le projet de Sassou

La récente sortie de Serge Blanchard Oba, ancien directeur général la société nationale des télécommunications, chef d’un parti membre de la majorité au pouvoir sur le sujet du respect de la constitution du 20 janvier 2002 va sans doute mettre encore du plomb dans l’aile au projet de Sassou de mourir au pouvoir.

Au cours d’une conférence de presse tenue le 11 juin 2015 sous le label d’une plateforme politique dénommée « Alternance 2016 », Serge Blanchard Oba a dit tout le mal qu’il pensait du projet de Sassou de tripatouiller la constitution à des fins personnelles, projet qu’il qualifie de « juridiquement infondé, moralement inadéquat, politiquement désastreux et socialement explosif ».

Après l’annulation des épreuves du Bac 2015 et la réaction des lycéens sur presque toute l’étendue du territoire le « socialement explosif » n’apparait plus comme une exagération. Même les plus fervents supporters du président chantant sur tous les tons que le Congo n’est pas le Burkina ont pu mesurer ce qui attend le pays dans l’hypothèse de la poursuite de ce projet diabolique.

Serge Oba n’est pas le premier au sein de la majorité présidentielle à faire entendre une voix discordante mais il est peut-être celui qu’on attendait le moins dans ce type d’exercice. Avant lui il y a eu le fils Kolela et son MCCDI, le fils Thystère Tchicaya et son RDPS, le RDD de l’ancien président Yhombi, Mme Munari et son parti le Must sans compter des personnalités du PCT parmi lesquelles un membre éminent du PCT ancien ministre délégué à la défense, Charles Zacharie Bowao.

Alors que tous ces derniers étaient considérés comme des frondeurs reprochant au PCT son hégémonie dans la gestion du pouvoir, Serge Blanchard Oba ferait, lui, partie du cercle familial de Sassou avec qui il entretiendrait même des liens de parenté. On aurait donc pu croire qu’il adhérait à la théorie clanique exposée à Edou par Sassou selon laquelle le pouvoir qu’il détient est semblable à un animal pris dans un filet : le sien.

Que nenni. La sortie tonitruante de celui qu’il convient de présenter maintenant comme l’enfant terrible du clan déplaira donc forcément, pour plusieurs raisons, au dictateur : Oba vient renforcer le camp des forces opposées au changement de la constitution, aux côtés du Frocad, du CADD d’André Okombi Salissa, du RDD et de nombreuses autres personnalités de l’opposition ; ensuite ses déclarations coupent l’herbe sous les pieds des fervents supporters de Sassou qui le présentent comme étant le seul capable de maintenir la paix dans le pays et de faire du Congo une nation émergente dans quelques années.

Brossant un tableau assez apocalyptique du régime Sassou, Serge Blanchard Oba déclare ce qui suit :

« Après un essor encourageant en 1992, la démocratie congolaise a avancé en reculant pour déboucher sur tous les vices du passé.

– Ainsi, la remise sous le boisseau de la parole sociale ;
– La mise au pas de la Justice ;
– L’atteinte aux libertés fondamentales, l’opacité de la gestion des finances publiques ;
– Toutes choses évoquant la vitalité d’un régime dur.

Le Congo en ce 21ème siècle est en état de compression. Toutes les attentes de progrès marquent le pas.

– L’école, la santé, l’électricité, l’eau courante, qui sont des éléments de base d’une marche vers le développement demeurent des préoccupations qui humilient un pays riche du déséquilibre avantageux dans le rapport démographie/richesses exploitées ;

Aucun segment de la société n’échappe à la détresse sociale ».

Mais l’homme au cœur de « Alternance 2016 » ne s’est pas contenté d’établir un diagnostic sombre de la situation socioéconomique et politique du Congo. Il indique ce que doivent faire les forces vives de la nation au cas où le président persisterait dans cette voie du changement de la constitution.

« a/- Alternance 2016 rejette toute idée de changement de constitution pour des motifs personnels ;
b/- Alternance 2016 informe le peuple congolais sur le viol de la constitution du 20 janvier 2002 en cours et de ce que ce projet de changement de la constitution est juridiquement infondé, moralement inadéquat, politiquement désastreux et socialement explosif ;
c/- Alternance 2016 prend l’engagement de s’opposer par tous les moyens légaux à tous projets qui puissent remettre en cause les acquis démocratiques.

Alternance 2016 demande au Président de la République du Congo de ne pas procéder au changement de la constitution pour des motifs d’inspirations personnelles. »

Décidemment cette conférence de presse ne pouvait pas tomber à un plus mauvais moment car après la tentative du président de reprendre la main avec l’organisation de ses consultations boycottées par le Frocad, voilà Serge Blanchard Oba qui vient mettre le poto poto dans la stratégie du dictateur de l’Alima.

Mwinda.org

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “Congo: Serge Blanchard Oba, membre de la majorité présidentielle, torpille le projet de Sassou”

  1. Bouesso Says:

    Bon coup de gueule!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :