Burkina: le gouvernement valide la thèse d’un complot contre Zida

Ouagadougou – Le gouvernement burkinabè a affirmé jeudi qu’un complot d’éléments de la garde présidentielle contre le Premier ministre Isaac Zida avait bien été déjoué il y a quelques jours, une thèse battue en brèche par plusieurs officiers du régiment controversé.

Les relations sont tendues depuis des mois entre le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), considéré comme le bras armé de l’ex-président Blaise Compaoré – renversé en octobre par la rue après 27 ans de règne – et le lieutenant-colonel Zida, qui en est pourtant le numéro 2.

Des informations persistantes faisaient état depuis samedi de ce que la sécurité du Premier ministre serait menacée par des éléments du RSP à son retour d’un voyage officiel dimanche à l’aéroport de Ouagadougou, selon un communiqué publié par le service d’information du gouvernement.

Cela a conduit à la prise de mesures préventives, dont l’audition d’un certain nombre de chefs du RSP par la gendarmerie, créant un mouvement d’humeur lundi soir chez certains éléments de ce régiment, qui ont tiré des coups de feu en l’air dans leur caserne, selon ce texte.

Une dizaine de soldats de la garde présidentielle, soupçonnés d’être les tireurs, ont été mis aux arrêts mardi.

Le président Michel Kafando avait engagé mardi des tractations pour résoudre cette nouvelle crise autour de la garde présidentielle alors que, selon un haut gradé du RSP, ce corps d’élite réclamait de nouveau le limogeage du Premier ministre.

Cependant, depuis les derniers événements, la thèse d’un complot est battue en brèche par plusieurs officiers du RSP, qui accusent M. Zida d’avoir inventé de toutes pièces un faux complot contre sa personne afin de créer des troubles et se maintenir au pouvoir.

Plusieurs personnalités de la société civile, interrogées par l’AFP, ont également émis des doutes sur un tel scénario, et une source diplomatique évoquait mardi l’hypothèse d’un truquage.

M. Zida avait publiquement réclamé en décembre la dissolution pure et simple du RSP, accusé d’être impliqué dans des assassinats politiques comme celui du journaliste Norbert Zongo à la fin des années 1990.

Mais début février, ce corps d’élite (1.300 hommes) avait provoqué une brève crise politique en exigeant déjà sa démission, le contraignant à changer d’avis.

Les autorités de transition devront rendre les rênes du pays à un exécutif élu lors de la présidentielle dont le premier tour est prévu le 11 octobre.

Dans son communiqué, le gouvernement a réaffirmé son engagement pour l’organisation d’élections transparentes aux dates prévues, rejetant avec fermeté les allégations tendant à faire croire qu’il travaillerait à une prolongation de son mandat.

Les médias se sont par ailleurs déclarés outrés après des intimidations subies mardi, quand des membres en armes du RSP ont fait intrusion dans quatre radios de Ouagadougou pour clamer l’innocence de leur régiment dans les événements de dimanche.

Nous prenons le peuple burkinabè et la communauté internationale à témoin des menaces qui planent sur les animateurs de la presse burkinabè du fait des actes du RSP, a interpellé jeudi l’Organisation professionnelle des médias du Burkina dans un communiqué.

Dans une déclaration publiée mercredi, une trentaine d’associations de la société civile, qui ont participé aux manifestations ayant causé la chute de Blaise Compaoré, avaient exigé le démantèlement du RSP, un corps selon elles illégal.

Romandie.com avec(©AFP / 02 juillet 2015 19h28)

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :